Publicité
Les offres d'emploi

Devenir IDE quand on est AS ou AP

L’arrêté du 31 juillet 2009 relatif au diplôme d’État d’infirmier autorise l’accès à la formation infirmière pour les aides-soignantes et les auxiliaires de puéricultrices en passant un examen d’admission. Comparable à une validation des acquis de l’expérience, ce nouvel examen permet de bénéficier d’une dispense d’une petite partie de la formation infirmière.

AS ou AP : devenir infirmière

Les aides soignants ou les auxiliaires de puériculture (AS ou AP) souhaitent parfois poursuivre leur parcours professionnel en devenant infirmier ou infirmière (IDE). Faisons le point sur les méthodes pour y parvenir et rentrer dans un Institut de formation en soins infirmiers (IFSI).

Évolution obligatoire ?

Précisons tout d’abord qu’il n’est pas obligatoire de quitter les professions AS/AP et devenir IDE pour faire une belle carrière professionnelle dans le monde de la santé. Mais si vous souhaitez :

  • augmenter votre champ d’activités auprès du patient,
  • prendre plus de responsabilités,
  • et bien entendu devenir IDE, après vos multiples observations de celles en poste avec vous,

Alors foncez !

Validation des acquis de l’expérience ?

La validation des acquis de l’expérience (VAE) est un dispositif qui permet d’obtenir tout ou partie d’un diplôme en faisant valoir une expérience professionnelle en rapport avec ce diplôme. Mais on comprend bien que pour obtenir le diplôme d’État d’infirmier (DE IDE) par la VAE, il faudrait pouvoir justifier de la réalisation durable d’actes infirmiers. Or la profession infirmière est réglementée et son exercice professionnel est soumis à la détention impérative d’un DE IDE. La VAE n’a pas vocation à « légaliser » l’exercice illégal d’une profession.

Même si dans votre activité AS ou AP, vous réalisez des actes exclusivement infirmiers, par « tradition », par « dérive », pour « rendre service », pour « soulager l’IDE » ou tout simplement pour vous « faire plaisir », sachez que jamais cette expérience ne sera reconnue comme légitime. Pire ! elle pourrait vous causer des ennuis sérieux pour exercice illégal de la profession infirmière…

Cependant, le Ministère de la santé a bien conscience que les AS/AP ont une expérience professionnelle particulière et riche. Leur entrée dans la profession infirmière doit emprunter un parcours spécifique mettant en valeur leur expérience. Profitant de la réforme des études infirmières, le Ministère a créé un dispositif inspiré de la VAE : un examen d’admission spécifique réservé aux AS/AP.

Examen d’admission spécifique

Ne parlons pas à tort d’un concours d’entrée en IFSI pour les AS/AP. Une instruction ministérielle de juillet 2010 rappelle qu’il s’agit bien d’un examen d’admission et non d’un concours. Cet examen est décrit dans l’arrêté du 31 juillet 2009 relatif au DE IDE.

Il faut justifier de trois ans équivalent temps plein (ETP) d’exercice professionnel AS ou AP pour en bénéficier.

Je suis AS/AP mais je n’ai pas 3 ans ETP d’exercice professionnel.

L’examen d’admission spécifique n’est pas pour vous. Soit vous attendez d’avoir l’expérience professionnelle requise, soit vous choisissez une des deux options suivantes :

  • si vous êtes titulaire d’un Bac ou d’un titre scolaire équivalent, vous présentez le concours d’entrée en IFSI comme tous les candidats « classiques » bacheliers ;
  • si vous n’êtes pas titulaire d’un Bac, mais que vous pouvez justifier d’une expérience professionnelle d'une durée de trois ans dans le secteur sanitaire et médico-social ou de cinq ans dans un autre secteur, vous présenterez dans un premier temps un jury de présélection, puis en cas de réussite, le concours classique.

Je suis AS/AP avec 3 ans ETP d’exercice professionnel.

L’examen d’admission spécifique est pour vous ! Renseignez le dossier d’inscription requis (à récupérer et rendre dans l’Ifsi de votre choix).

Contenu de l’examen d’admission spécifique.

L’examen, d’une durée de 2 heures, consiste en une analyse écrite de trois situations professionnelles (type démarche de soins). Chaque situation fait l’objet d’une question. Cet examen permet d’évaluer l’aptitude à poursuivre la formation, notamment les capacités d’écriture, d’analyse, de synthèse et les connaissances numériques.

Objectif à atteindre

En théorie, cet examen d’admission, puisque c’est un examen, nécessite d’avoir la note minimal de 15/30 pour être admis. Mais le nombre de places réservées à cette filière étant de 20% au maximum de l’effectif total des admis, il faut viser la meilleure note possible pour être certain d’être reçu à l’examen et admis en IFSI.
L’admission en IFSI avec cet examen d’admission permet de bénéficier d’une dispense partielle de scolarité. En effet, comme une VAE, cet examen d’admission valide votre expérience professionnelle et vous donne par équivalence la validation de trois unités d’enseignement du programme infirmier et la dispense du premier stage du semestre 1.

Plus facile ?

Attention, cet examen est tout sauf une simplication ou une facilitation des choses. On attend, au travers de votre copie, des professionnels AS/AP parfaitement au clair avec leurs connaissances professionnelles, aussi bien théoriques que pratiques.

De plus, la méthodologie de la démarche de soins ou l’expression écrite ne sont pas toujours des activités courantes et régulièrement mises en œuvre. Entraînez-vous pour cet examen d’admission spécifique, ce qui vous servira également largement pour la formation infirmière.

A lire : Sabine Bonamy et Jérôme Clément. Concours d’entrée IFSI – Examen d’admission AS/AP. Édition 1. 172 pages, 14,90 euros.

Voir également la prepa AS pour Ifsi de Mediformation


Arrêté du 31 juillet 2009 relatif au diplôme d’État d’infirmier

Titre II Dispenses de scolarité

Article 24
Les titulaires du diplôme d’Etat d’aide-soignant et du diplôme d’Etat d’auxiliaire de puériculture justifiant de 3 ans d’exercice en équivalent temps plein bénéficient d’une dispense de scolarité, sous réserve d’avoir réussi un examen d’admission, dans les conditions prévues à l’article 25. Ils déposent dans chacun des instituts de formation où ils se présentent un dossier d’inscription comportant :
1° Une copie d’une pièce d’identité ;
2° Une copie de diplôme ;
3° Un ou plusieurs certificats du ou des employeurs attestant de l’exercice professionnel de l’intéressé en qualité d’aide-soignant ou d’auxiliaire de puériculture.

Article 25
L’examen d’admission, d’une durée de deux heures, est organisé par le directeur de l’institut et soumis au même jury de sélection que celui visé à l’article 13.
Il consiste en une analyse écrite de trois situations professionnelles. Chaque situation fait l’objet d’une question.
Cet examen permet d’évaluer l’aptitude à poursuivre la formation notamment les capacités d’écriture, d’analyse, de synthèse et les connaissances numériques.
Les candidats doivent obtenir une note au moins égale à 15 sur 30 à cette épreuve.
Le nombre total d’aides-soignants ou d’auxiliaires de puériculture admis par cette voie est inclus dans le quota de l’institut de formation et ne peut excéder 20% de celui-ci.

Article 26
Les aides-soignants et les auxiliaires de puériculture ayant réussi l’examen d’admission prévu à l’article 24 sont dispensés des unités d’enseignement correspondant à la compétence 3 du référentiel infirmier défini à l’annexe II « Accompagner une personne dans la réalisation de ses soins quotidiens » soit :
UE 2.10.S1 « Infectiologie hygiène » ;
UE 4.1.S1 « Soins de confort et de bien être » ;
UE 5.1.S1 « Accompagnement dans la réalisation des soins quotidiens ».
Ils sont également dispensés du stage de 5 semaines prévu au premier semestre. Le temps dégagé par cette dispense de scolarité peut être consacré, après avis du conseil pédagogique, à favoriser l’adaptation de ces étudiants à la poursuite de leurs parcours

Jérôme CLÉMENT
Coordinateur pédagogique
http://www.mediformation.com

Partagez cet article sur :