L’hommage d’un inconnu à une profession méconnue... aide-soignant

Par les temps qui courent et dans un contexte hospitalier tendu pour l’ensemble des soignants, cet hommage « anonyme » au travail des aides-soignants, souvent ignoré et pourtant si apprécié des patients, arrive à point nommé. Merci à Alias Patou de nous l’avoir fait découvrir par l’intermédiaire de son commentaire solidaire « sur la page facebook du groupe « Ni bonnes, ni bonnes, ni pigeonnes ».

L'auteur de ce poème a contacté la rédaction, elle ne se dévoile pas totalement mais souhaite néanmoins signer son article Isabelle fj. Elle souligne avoir écrit ce poème en 2008 alors qu'elle était agent de service hospitalier pour rendre hommage au travail de ses collègues aides-soignants, elle l'est d'ailleurs devenue depuis. Vous pouvez découvrir d'autres écrits sur le site http://www.creat-heures.fr/.

Hommage anonyme au travail des aides-soignantsElle boutonne sa blouse comme chaque matin machinalement
Le soleil se lève à peine, elle s’étire un court moment
Après s’être lavé les mains soigneusement
La journée peut alors commencer, maintenant.

Elle frappe à la première porte et dit « bonjour »
Une voix timide lui répondra peut être en retour
Avec un sourire plein de tendresse et de bonté
Elle fera son devoir avec compassion et humilité.

Nettoyer, sécher, masser les peaux fragilisées
Par la maladie, le poids des années
Habiller, soulager et même rassurer
Les personnes qui ont besoin d’être aidés.

Elle frappe à la deuxième porte et recommence
Un visage s’illumine rien que par sa présence
Un baiser sur le front apaisera les craintes passagères
Les douleurs à calmer, seront pour l’infirmière.

Frictionner, parfumer, coiffer les visages abîmés
Que le temps, au fil des ans, a fini par rider
Parler, redonner confiance et dignité
Aux personnes que la vie a blessés.

Derrière chaque porte, il y a une personne à part entière
Un être humain unique, avec ses joies et ses colères
Qu’il osera exprimer si la complicité s’invite naturellement
Avec l’habitude de la voir arriver régulièrement.

Frotter, pommader, déshabiller les corps malmenés
Par les accidents, les pathologies, l’usure du passé
Sourire, écouter, essayer de comprendre simplement
Les personnes malades qui recherchent un encouragement.

Elle déboutonne sa blouse, comme chaque soir, machinalement
Le soleil se couche à peine, elle baille un moment
Après un rapide « bonsoir » aux collègues fatiguées
Elle va pouvoir, elle aussi rentrer se reposer.

Aider aux devoirs, coucher les enfants et les embrasser
Finir la vaisselle,
Faire un dernier tour de l’appartement et tout vérifier
Elle finira aussi par aller se coucher.

Elle est AIDE-SOIGANTE, métier mal reconnu, et pourtant
Combien ses gestes quotidiens sont importants,
Car tous les trésors du monde n’ont pas la valeur
Des sourires qu'elle offre avec son cœur.

Isabelle fj

Partagez cet article sur :