Un « regain » d’appétit

Le Centre hospitalier de Digne les Bains a contacté la rédaction afin de partager des initiatives menées dans ses services de soins et relayées sur son blog. C’est aujourd’hui chose faite avec le premier article intitulé « Un "Regain" d'appétit ». Merci de ce partage.

Ce vendredi 13 avril 2012, certains patients de l’unité de géronto-psychiatrie de notre établissement ont été invités à un repas un peu particulier.

Il y a quelques mois, l’équipe de Regain était venue présenter aux membres du Comité de Liaison en Alimentation et Nutrition (CLAN un projet innovant ayant pour but d’améliorer la prise des repas chez des patients atteints de démences avancées. Ce projet nommé « Manger-Mains » a immédiatement conquis les membres de cette commission. Mais qu’est ce que le « Manger-Mains » ? Et qui sont ces soignants et ces patients de Regain ?

L’unité intersectorielle Regain

Un « regain » d’appétitRegain est un service intersectoriel de géronto-psychiatrie (pôle de Psychiatrie Générale) créé en avril 1994. Ce service, d’une capacité de 25 lits a saisi, dès son ouverture, qu’il était important d’offrir une prise en charge globale aux personnes âgées souffrant de troubles psychiques.
Les usagers du service Regain sont des personnes âgées de plus de 65 ans provenant de tout le département des Alpes de Haute Provence, présentant des pathologies psychiatriques (psychoses, névroses, dépressions liées au syndrome de glissement), ou neurologiques (démences type Alzheimer, Corps de Lévy, Korsakoff, maladie de Parkinson…).

Ce service est considéré comme un service dit « d’entrées » pour de courts séjours.
La prise en charge se veut holistique, prenant en compte l’autonomie de la personne et son environnement (famille, proches…).
La souffrance mentale du sujet âgé nécessite une approche globale, pluridisciplinaire qui doit donner lieu à des réponses complexes intégrant des conceptions dynamiques du soin et du vieillissement.

Maladie d’Alzheimer ou pathologies apparentées un véritable enjeu…

Dans les institutions, de type maison de retraite, Etablissement d'Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes (EHPAD)… les résidents ayant une maladie d'Alzheimer ou une maladie apparentée, présentent pour 80 % d’entre eux un trouble du comportement à un moment donné de l'évolution de la maladie. Parmi ces 80 %, 25 % d’entre eux présentent des troubles du comportement modérés (mesurés par une échelle internationale validée), 10 % des troubles importants (agressivité).
Ces troubles doivent être  mesurés, et le diagnostic de la maladie doit être clairement posé chez ces patients. La mission de Regain est bien de recevoir cette population afin de l’accompagner en réalisant un bilan médical et social approprié.

Démences et dénutrition : préoccupation de toute une équipe

Le « Manger-Mains » une proposition convivialeIl faut savoir que la prévalence de la dénutrition chez le sujet âgé en institution est de 15 % à 38 % ; à l’hôpital ces chiffres augmentent entre 30 % et 70 % selon la Haute Autorité de Santé.. Les conséquences de la dénutrition sont nombreuses : infections, fractures, escarres, apparition de pathologies associées… et augmentent considérablement le coût des hospitalisations. Dans le cas de patients atteints de maladie d’Alzheimer, le simple fait de manger peut devenir un véritable problème :

  • Sur le plan social, lorsque l'on ne sait plus se servir des ustensiles,
  • Sur le plan alimentaire pur : ne pas (re)connaître, ne plus apprécier les aliments qui sont proposés est un sérieux frein à la prise alimentaire et peut conduire à un refus.

De plus, la personne atteinte de la maladie d'Alzheimer peut ne plus percevoir la sensation de faim, et, si elle n'est pas aidée, peut oublier de s’alimenter ! A l'inverse, la non perception de la sensation de satiété peut entraîner la prise de plusieurs repas rapprochés (la personne ne se souvient plus avoir déjà mangé).
Ces comportements ont de fait de lourdes conséquences sur le statut nutritionnel de la personne âgée et sur la dégradation de son état de santé.

Le « Manger-Mains » une proposition conviviale

Le « Manger-Mains » une proposition convivialeL’alimentation « Manger Mains » a pour but de permettre aux personnes dépendantes et qui ont des difficultés à manier les couverts, de retrouver leur autonomie en se servant de leurs doigts pour manger. Il s'agit alors d'adapter l'alimentation pour qu'elle soit préhensible mais aussi appétissante (un peu comme un apéritif dinatoire). Le projet est né en Suisse des préoccupations d’une association ( Association pour la Recherche et la Promotion en Établissements Géronto-psychiatriques) désireuse d’améliorer la qualité de vie de nos aînés en institution.

Le Dr GIilardi, gériatre sur l’unité Regain, ayant pris connaissance de ce concept a voulu initier auprès de l’équipe pluridisciplinaire une réflexion sur le sujet.
Certes, il a fallu interroger certaines de nos représentations et remettre en question certaines « normes sociales », mais tous les soignants de l’unité ont vite été convaincus du bien fondé de ce projet et de ce que pouvait apporter une telle initiative aux patients.

Mais comment instaurer ce principe dans un service de courts/moyens séjours comme Regain ? Comment faire pour organiser ces temps de repas particuliers au sein de l’unité ? L’institution allait-elle nous suivre ? La proposition de faire manger les patients avec les mains sera-t-elle comprise et admise par les familles et les proches des patients ?
L’équipe décide alors de présenter au CLAN le projet, ce dernier suscite l’enthousiasme aussi bien chez les professionnels des cuisines  (diététiciennes, cuisiniers) que chez les autres médecins et les représentants de notre Direction.
Grâce à la volonté de chacun, le projet a pu voir le jour un vendredi 13, et l’expérience fut particulièrement concluante. Les patients se sont régalés et les soignants ont pris beaucoup de plaisir à partager ce repas dans le calme et la convivialité.
Nous espérons tous renouveler l’expérience très prochainement et l’inscrire dans une programmation des soins, d’abord mensuelle puis hebdomadaire.
Merci donc aux soignants qui ont porté le projet, aux membres du CLAN qui nous ont soutenu, aux patients pour nous avoir fait confiance, aux diététiciennes et aux cuisiniers pour avoir joué le jeu et au Dr Gilardi pour son « petit grain de folie ». 

Bibliographie : « Manger mains », Nouvelle texture pour nouvelle indépendance Collectif Editions d'en bas / ISBN-10 2-8290-0316-0

Webographie : Site « manger mains »

M. NICOLAS
Cadre de Santé Unité de Soins "Regain"
(Publication CH INFO - Avril 2012)
Référents Regain : Dr Gilardi, Mmes Barbotte et Braquet

Partagez cet article sur :