Installation du patient et service des repas

 

Article Extrait de : Soins Aides-soignantes n° 31

Aide-soignant.com s’est associé aux éditions Elsevier Masson pour vous proposer une sélection d’articles issus de leurs deux revues aides-soignantes.

Cet article est extrait de la rubrique "Régles d'Orr" coordonnée et réalisée par Marie-Odile Rioufol, Cadre formateur, Lyon (69)

____________________

Le temps du repas est un moment privilégié pour le patient. Il s’agit également d’un facteur de rétablissement et de guérison. Le choix et la commande des repas, l’installation du patient, la qualité des aliments et leur présentation à la bonne température sont des éléments importants qui stimulent l’appétit. L’aide-soignante accompagne le patient en tenant compte de ses besoins et de son degré d’autonomie.


Afin de satisfaire les besoins et les attentes du patient, le temps du repas doit répondre aux règles d’équilibre alimentaire et d’hygiène.

Objectifs et organisation

L’objectif principal consiste à installer confortablement le patient dans son lit, assis, en chambre ou en salle à manger, et à lui proposer un service de repas agréable pour lui permettre de s’alimenter et de stimuler son appétit.

Lecture des transmissions

La lecture des transmissions permet de s’informer :

  • d’une interdiction du lever qui déterminera le service au lit ;
  • d’un régime alimentaire prescrit, d’une allergie ou d’une obligation de rester à jeun ;
  • d’un risque de fausse route éventuel ;
  • de la texture du repas : mouliné, mixé, semi-liquide, gélifié ;
  • de la présence ou non d’une fiche alimentaire, qui permet d’évaluer les quantités d’aliments ingérés par le patient.

Recueil des informations

Le recueil des informations se pratique au lit du patient et permet de :

  • repérer son état dentaire et la présence d’un appareil ;
  • connaître ses envies, ses goûts, ses habitudes alimentaires, sa culture et éventuellement ses interdits alimentaires ;
  • évaluer son état de fatigue pour décider avec lui où il veut prendre son repas : à table ou au lit.

Réalisation

Certains gestes sont préalables aux soins. En effet, avant la distribution du repas, il est important de se laver les mains et de revêtir une surblouse. Il faut également préparer les chariots repas à leur arrivée, les garnir et les mettre en température selon leur mode d’utilisation.

Efficacité

En termes d’installation du patient, il est nécessaire de :

  • lui proposer d’aller aux toilettes ou lui donner le bassin avant la distribution du repas ;
  • lui proposer de se laver les mains ;
  • le laisser se placer en tenant compte de son degré d’autonomie et l’aider si besoin ;
  • vérifier qu’il est suffisamment redressé et qu’il ne ressent aucune douleur :
    • au lit ou au fauteuil, le haut du corps doit être “calé” avec un oreiller pour rester droit et il faut placer l’adaptable à bonne hauteur ;
    • en salle à manger, selon sa mobilité et sa demande (aide à la marche, déambulateur, fauteuil roulant, etc.), aider la personne à rejoindre la salle et à s’installer à sa place habituelle devant son couvert.

En servant le repas, il est nécessaire de s’assurer que :

  • le plateau correspond au patient et à la commande (régime, interdits) ;
  • le repas est chaud ;
  • le patient dispose de ses couverts, serviette, carafe d’eau, verre et chaque élément est à portée de sa main.

En débarrassant le plateau ou la table, il faut :

  • s’assurer que la personne a bien pris ses médicaments, disposés auprès d’elle et, si besoin, l’aider à les prendre ;
  • vérifier quels sont les restes alimentaires, questionner le patient et noter éventuellement les informations utiles en cas de fiche alimentaire ;
  • réinstaller la personne dans son lit ou au fauteuil ou la raccompagner dans sa chambre.

Confort

Il est important de disposer le repas agréablement, de soigner la présentation pour stimuler l’appétit et de servir les aliments lorsqu’ils sont chauds.

Si la personne ne peut pas ouvrir les barquettes ou les sachets alimentaires
( bras immobilisé, plâtre, grande fatigue, personne âgée dépendante, etc.), le faire pour elle, couper les aliments, éplucher les fruits, rompre le pain, servir à boire, etc.

À la fin du repas, il est nécessaire de proposer un soin d’hygiène dentaire au patient.

Sécurité

Quelques mesures de sécurité s’imposent :

  • contrôler si le patient doit être ou non à jeun ;
  • vérifier, lors d’un régime prescrit, que les aliments correspondent à la fiche du patient ;
  • respecter les règles de remise en température de la “liaison froide” (encadré 1).

Hygiène

Les règles d’hygiène avant et pendant le repas sont les suivantes :

  • se laver les mains ;
  • revêtir une surblouse propre ;
  • proposer au patient de se laver les mains ;
  • vérifier que la vaisselle et le plateau sont propres ;
  • ne pas mettre les doigts dans les verres et assiettes.

Les règles d’hygiène après le repas sont les suivantes :

  • ramasser la vaisselle sale, séparer les restes alimentaires et les jeter, ainsi que les aliments non consommés ;
  • nettoyer avec une “chiffonnette” trempée dans un nettoyant désinfectant et réservée à cet usage le dessus de l’adaptable ou la table du patient ;
  • mettre la vaisselle à laver dans le lave-vaisselle et nettoyer le chariot repas.

Dans le cas d’un isolement de contact (contamination par la salive comme dans le cas de l’hépatite A, par exemple), la vaisselle doit être jetable ou, si elle est individuelle, elle doit rester dans la chambre où elle sera nettoyée et désinfectée.

Critères de qualité du soin

Concernant l’hygiène, les critères de qualité du soin sont les suivants :

  • les mains sont lavées et la surblouse réservée au service du repas ;
  • les règles strictes d’hygiène liées à la collectivité sont respectées et on ne déplore pas d’infections alimentaires ;
  • les aliments non consommés et les déchets alimentaires sont jetés dans les sacs réservés à cet effet.

Concernant la sécurité et le confort, les critères de qualité sont les suivants :

  • la personne est installée confortablement afin qu’elle ne puisse ni glisser, ni tomber ;
  • le menu correspond à la commande et, en cas de changement, la personne est prévenue et une explication lui est donnée ;
  • les interdits alimentaires liés à la culture ou à la religion sont respectés ;
  • la personne exprime sa satisfaction par rapport à son installation, la commande du repas et le service.

 Relation

Avec la personne

Il est important de :

  • stimuler une personne qui exprime son manque d’appétit par la présence ou des paroles ;
  • s’assurer de la satisfaction du patient pendant le service du repas, et en cas d’insatisfaction, lui demander pourquoi ;
  • respecter sans jugement les habitudes alimentaires ou les interdits liés à une culture ou à une religion.

Avec l’équipe

Le soin est noté et fait l’objet d’une transmission à l’équipe :

  • transmettre toute remarque sur le comportement de la personne (attitudes et paroles) lors de l’installation et du service du repas ;
  • noter sur la fiche alimentaire les quantités absorbées et les aliments préférés (par exemple, Madame N. a mangé 2 cuillères de pâtes, 3 bouchées de viande, ½ pot de yaourt).

Conclusion

Le service des repas ne s’improvise pas et exige, dans les collectivités, une organisation bien rodée pour respecter les règles sécuritaires de distribution et présenter au patient une prestation de qualité.

Le saviez-vous ?

La fabrication et le service des repas dans les collectivités répondent à des règles strictes d’hygiène pour prévenir la multiplication des germes et les intoxications alimentaires.
Selon les collectivités, il existe deux systèmes de fabrication des repas :
• “en liaison chaude” : les aliments sont préparés le jour de leur distribution ;
• “en liaison froide” : les aliments cuisinés à l’avance sont stockés dans une chambre froide et remis en température (65° C à l’arrivée dans le service).

Soins Aides-soignantes n°31 S'abonner

Soins Aides-soignantes

Editeur : Elsevier Masson
6 n° par an
+ version en ligne de la revue (accès payant pour les Institutions)
Dimensions : 21 cm x 29,7 cm

Les rubriques : Actus - Rubriques alternées : Pathologie, Démarche de soins, Juridique, Domicile, Règles d’ORR, Psychologie, Diététique, Bien-être du soignant - Dossier, Fiches, Vie pratique, petites annonces, agenda.

• Décembre 2009 • Article extrait de la revue Soins Aides-soignantes n°31

Règles d'ORR
Rubrique coordonnée et réalisée
par Marie-Odile Rioufol
Cadre formateur, Lyon (69)

Partagez cet article sur :