Dossiers

Les catégories (1 résultat(s))

Les articles (34 résultat(s))

  • L’allergie alimentaire touche de nombreux sujets, particulièrement des enfants. L’identification de l’allergène nécessite une véritable expertise. Une fois que la dose minimale tolérée est déterminée, l’allergologue préconise des conseils adaptés à chaque patient. Pour les enfants accueillis en collectivité, un plan d’accueil individualisé est élaboré en partenariat avec la structure.
  • Le cancer résulte de la survenue d’un dysfonctionnement de certaines cellules de l’organisme, qui se développent de façon anormale et se multiplient pour former une tumeur. Elles peuvent migrer vers d’autres tissus et constituer des métastases. Il existe de nombreux facteurs de risque favorisant l’apparition d’un cancer. Chaque patient suit un traitement individualisé dans un établissement spécialisé.
  • En institution, les patients doivent s’habituer à un rythme différent et trouver de nouveaux repères. Certains sont impatients, d’autres se trouvent bousculés et les familles sont souvent pressées. Les soignants, quant à eux, doivent effectuer les soins dans une plage horaire donnée, tout en accordant du temps à chacun des patients, aux proches et aux collègues.
  • Les vomissements sont les symptômes d’une affection. Leur recueil et leur observation permettent d’orienter le diagnostic médical. Par sa présence, l’aide-soignante peut aider le patient et l’accompagner pendant ce moment, souvent très pénible.
  • Le but des ateliers mémoire est de conserver l’autonomie des personnes âgées souffrant de la maladie d’Alzheimer. Ils doivent être pensés, organisés et faire l’objet de transmissions, afin que l’équipe soignante puisse adapter le projet de soins à l’état de santé de chaque patient.
  • Le vêtement est un élément protecteur par rapport à la température extérieure et directement lié à l’intimité de chacun. Il s’agit d’un moyen de communication non verbale. Il contribue au confort physique et joue un rôle majeur dans l’état de bien-être psychologique de la personne.
  • Produites par les reins qui jouent le rôle d’un filtre, les urines évacuent les substances toxiques contenues dans le sang. Leur quantité, leur couleur et leur odeur peuvent être le reflet de certaines maladies. Les aides-soignantes sont à même de déceler et de surveiller ces anomalies qui font l’objet d’observations précises pour faciliter le diagnostic des praticiens spécialistes.
  • Toucher et être touché est indispensable au développement de l’être humain. Première interface avec le monde, notre peau fournit des informations sur notre personnalité et notre santé. Objet de nombreux soins esthétiques, elle révèle notre intérieur.
  • L’apport alimentaire doit répondre aux besoins énergétiques et plastiques de la personne. L’apport hydrique permet d’assurer l’équilibre en eau de l’organisme en remplacement des pertes.
  • Le temps du repas est un moment privilégié pour le patient. Il s’agit également d’un facteur de rétablissement et de guérison. Le choix et la commande des repas, l’installation du patient, la qualité des aliments et leur présentation à la bonne température sont des éléments importants qui stimulent l’appétit. L’aide-soignante accompagne le patient en tenant compte de ses besoins et de son degré d’autonomie.
  • L’aide-soignante, au même titre que tous les professionnels de santé, est tenue au secret professionnel et au respect de la confidentialité. Elle doit être particulièrement vigilante à ses paroles et à ses gestes dans le respect de la loi n° 2002-303 du 4 mars 2002 relative aux droits des malades et à la qualité du système de santé.
  • La personne âgée, les membres de sa famille et les professionnels du soin doivent communiquer pour s’accorder sur la prise en charge. Chacun doit connaître son rôle et trouver sa place, sans oublier de consulter la personne dépendante.
  • L’introduction d’une sonde dans la vessie est un soin invasif qui permet de recueillir les urines, selon des indications très précises. Lors des manipulations de ce dispositif, il existe un risque majeur de contamination. Les infections urinaires sont les infections liées aux soins les plus fréquentes. L’aide-soignante participe au soin en étant responsable de la vidange du sac collecteur d’urines par l’intermédiaire d’un robinet.
  • Le patient dont les organes vont être prélevés requiert les mêmes attentions que les autres patients de réanimation. Le rôle de l’aide-soignante prend tout son sens auprès de la famille, qu’il faut informer et épauler.
  • Trop souvent, les aides-soignantes sont évincées des réunions au cours desquelles les membres de l’équipe médicale et paramédicale de réanimation prennent des décisions ou annoncent à la famille le décès de leur proche. Et si l’éthique comprenait aussi le respect du travail d’accompagnement des aides-soignantes ?
Résultats 1 - 15 sur 34 1 2 3