Publicité
Les offres d'emploi
Journées Francophones des Aides-soignants

Découvrez les Journées Francophones des Aides-soignants, le rendez-vous annuel incontournable pour tous les aides-soignants.

Publicité

Témoignages sur la formation

Devient-on  aide-soignant par vocation ou par le simple hasard d'une reconversion professionnelle ?

Que ce soit par reconversion ou par volonté délibérée de devenir aide-soignant, les personnes découvrent un métier ou compte la relation humaine, la compassion et un certain goût du contact physique à l'autre.

On peut donc devenir aide-soignant par nécessité professionnelle et aimer par la suite ce métier.

Par rapport à cette question, voici le témoignage d'une directrice d'un Institut de Formation en soins infirmiers (IFSI) de la région parisienne qui forme chaque année une centaine d'aide-soignant.

Concernant le profil des élèves, elle raconte que par rapport à une autre époque le recrutement a changé.

"Quand elle ne recrutait que des agents hospitaliers, les choses étaient plus simples pour elle, car ils connaissaient le milieu professionnel et choisissaient cette profession en connaissance de cause. Ces personnes vivaient cette formation comme une promotion professionnelle. C'était un public dit-elle, qui n'avait pas toujours le niveau, qui avait du mal à suivre sur un plan théorique mais sur un plan pratique compensait par des qualités d'observation, de bon sens et qui travaillait tellement qu'il parvenait à réussir.

Aujourd'hui elle a un public beaucoup plus hétérogène, ne serait ce du point de vue de l'âge car cela va de 18 à 45 voire 50 ans. Elle a actuellement des candidats avec un niveau de formation plus élevé qu'avant. Elle voit apparaître dans cette formation de plus en plus des bacheliers, voire des bac+.

Par rapport au passé, elle sent plus le décalage, entre les facilités intellectuelles des nouveaux élèves et leur sens pratique. Elle remarque aussi que parfois ces personnes ont du mal à n'être qu'aide-soignant. C'est pour elles un choix économique ou parce qu'elles ne peuvent pas se lancer dans des études plus longues.

Il y a donc pour elle, des personnes qui font un choix d'être aide-soignant, un choix délibéré, réfléchi qu'elles assument. D'autres dont le choix est limité, par exemple les BEP sanitaires et sociaux, n'ont pas d'autres possibilités qu'être aides-soignants ou auxiliaires de puériculture. 

Partagez cet article sur :