Publicité
Les offres d'emploi
Journées Francophones des Aides-soignants

Découvrez les Journées Francophones des Aides-soignants, le rendez-vous annuel incontournable pour tous les aides-soignants.

Publicité

Flo & Yo - Interview de Fanch’ : infirmier globe-trotteur

Fidèles à leur promesse de partager leur aventure « Care Conception Through the World » avec la communauté d'Infirmiers.com, Flo et Yo, rentrés de leur voyage à La Réunion, nous proposent aujourd'hui de découvrir Fanch', un infirmier lui-aussi Globetrotter.

Fanch', un infirmier lui-aussi Globetrotter.Grâce à notre projet, nous avons fait la connaissance de François surnommé Fanch’. Infirmier sympathique, casse- cou qui a la bougeotte, passionné de voyages, de rencontres et de photos. Il a travaillé en Suisse, à La Réunion, en Corse… et a accepté de répondre à nos questions…

Flo & Yo - Salut Fanch’, est-ce que tu peux te présenter ?

Fanch' - Salut, je m’appelle François, j’ai 29 ans, je suis infirmier depuis bientôt 3 ans. Célibataire sans enfants donc… FREE !!!!!

Flo & Yo - Quel est ton parcours ? De quel IFSI viens-tu ?

Fanch' - J’ai découvert le métier d’infirmier assez tard, j’ai donc un bac action commercial (je sais…) et j’ai suivi la formation dans un IFSI de la Croix Rouge au Mans, promotion 2006-2009.

Flo & Yo - Comment se sont passées tes études ? As-tu exercé un peu en France ?

Fanch' - Les études ont à peu prés bien commencé, et ont très bien fini. La première année a été un peu délicate, je ne connaissais absolument pas ce milieu professionnel (personne de ma famille n’est soignant, ni de près ni de loin) et puis au fur et à mesure que les stages et les cours défilent, que l’on rencontre des soignants « exemples » et surtout les autres, les meilleurs, les « contre-exemples », on en vient à apprendre beaucoup de choses :) . En gros, on ne sait pas forcément dans quel sens on veut aller, mais par contre on sait où on ne veut pas aller !
Diplôme en poche, j’avais déjà prévu de partir vite vite vite, mais pour ça il faut un peu de sousous. Donc j’ai commencé par faire un peu d’intérim (un mois). J’ai bossé dans un hôpital local (Saint Calais), là où j’ai passé mon Diplôme d'Etat, et puis quelques missions à droite à gauche, un peu de chirurgie, un peu de soins de suite.

Flo & Yo

Flo & Yo - Quel est ton regard sur ton métier d’infirmier en France ? Que penses-tu des nouvelles reformes (revalorisation salariale…) ?

Fanch' - Le métier en France… Alors je pense que ça dépend de la structure, mais en général on va bien sûr tendre vers les économies budgétaires, que ce soit en matériel, ou le plus galère, en soignant.
En ce qui concerne la revalorisation salariale, je ne m’y intéresse pas énormément… Quand je vois des potes à moi qui galèrent, certes avec moins de responsabilités, mais pour gagner à peine 1 000 euros… Depuis que je travaille, j’ai un salaire d’environ 1 750 euros net (moi ça ne me dérange pas de parler d’argent) sauf pour la Suisse, mais ça on y reviendra plus tard…
Alors certes quand on regarde que des collègues aides-soignants gagnent quasiment la même chose pour 10 mois d’études et moins de responsabilités, je comprends qu’il y en ait qui râlent. Moi ça m’est égal, mon salaire me suffit largement pour vivre, c’est l’essentiel non ? Je ne suis pas égoïste ! Je ne me fiche pas des autres ! Enfin si je me fiche du salaire des autres, pas du reste
Certains me disent « non mais attends, t’as vu quand même toutes les responsabilités que l’on a pour gagner 1 600 euros par mois ? ». Je leur réponds « C’est-à-dire que si on te donnait 2 500 euros ça serait plus facile à supporter ? ». Ben moi je comprends pas trop cette démarche… Et puis bon, l’argent rend méfiant et jaloux, des sentiments tout pourris !

« Les études ont à peu prés bien commencé, et ont très bien fini. La première année a été un peu délicate, je ne connaissais absolument pas ce milieu professionnel »

Flo & Yo - Comment est venu le cheminement de ton expatriation ?


Fanch' - Dans mon idéal actuel (je dis actuel parce que tout évolue avec le temps), je ne veux pas vivre ma vie à travers mon travail. Je n’envisage pas de travailler 12 mois dans l’année. La vie (pour moi et pour le moment) c’est avant tout rencontrer des gens, des pays, des lieux, faire des choses, découvrir, se sentir vivant, prendre soin de soi !
Justement je suis tombé sur cet article. C’est une infirmière Australienne qui a fait un petit travail auprès de personnes âgées en fin de vie concernant les regrets de leur vie, je vous laisse le lire :
http://fr.news.yahoo.com/le-top-5-des-regrets-des-mourants-bronnie-ware.html (Article que nous avions eu l’occasion de lire il y a quelques mois grâce à Simon Guillemin).

Flo & Yo - Où as tu travaillé à l’île de La Réunion ? Comment s’est passée ton intégration ? C’est facile de trouver un job là-bas ? Quelles ont été les difficultés ?

Fanch' - J’ai commencé par un contrat de nuit dans une clinique de rééducation au Port, clinique des Tamarins pour ne pas la citer. Pas évident de trouver un poste là bas… J’ai bien failli rentrer au bout de 2 mois de recherche, et puis un de mes colocs connaissait la cadre de santé, soyons honnête, qui a remonté mon CV sur le haut de la pile. Et la semaine d’après, je commençais.
J’ai bossé avec une p’tite créole toute mimi toute sympa, qui m’a mis super à l’aise. Normal « ti z’oreil s’fé moukaté un ti peu » (traduction : normal qu’on se moque un peu d’un métropolitain) et un mois après, je faisais rentrer un super pote à moi, qui était mon coloc pendant mes études au Mans (yo je t’embrasse !) on bossait tous les deux de nuit, sur le même roulement, chacun son étage. Autrement dit, le pied.

Côté patients et familles de patients, aucun souci, aucune méfiance, zéro refus de soins. Concernant la prise en charge, aucun souci, même matériel, même organisation qu’en métropole.
J’ai aussi bossé dans une autre clinique qui est aussi au Port (les Orchidées) en unité de soins continus. Là c’était juste énorme : coup de chance, ils créaient 2 poste et cherchaient donc deux infirmiers… et devinez qui m’a rejoint ? Ben mon dalon (copain en créole) Yo bien sûr ! Nous avons eu un super formateur, très technique, plein de responsabilités, on avait 6 lits à gérer tout seul. Vraiment super expérience. J’ai fait 9 mois là bas. Yo lui, y est encore.

Flo  Yo - Interview de Fanch


Flo & Yo - Pourquoi l’Inde comme première destination ? Comment s’est passée ton arrivé ?


Fanch' - Alors concernant l’Inde, je n’y suis pas allé pour le boulot. Comme vous, j’aime beaucoup la photo et j’avais envie de découvrir quelque chose de vraiment différent. Et j’ai trouvé quelque chose de VRAI-MENT différent.

Je n’avais pas encore l’idée d’aller découvrir le monde du soin là bas. Je suis passé devant quelques structures, certes, mais je n’avais pas cette merveilleuse idée que vous vous avez de découvrir les différences qu’il peut y avoir selon les cultures.
Voilà la photo d’une « clinique » en plein milieu de l’Inde, à Hampi exactement :

’une « clinique » en plein milieu de l’Inde, à Hampi
Ha ha, c'est classe non ?
Que je regrette de ne pas
avoir frappé à la porte !!!

Flo & Yo - Où es-tu en ce moment ?

Fanch' - Alors en ce moment je suis en Corse ! J’y travaille (enfin pas là, j’ai eu un accident) mais je dois reprendre dans un peu plus d’un mois ! Ici c’est assez spécial par contre, alors ne généralisons pas tout, mais c’est vrai que là où je travaille, c’est assez différent de ce que je connais. On est sur une île là aussi, je sais pas si c’est ça mais le rythme y est plutôt tranquille…

Flo & Yo - Tu as travaillé en Suisse aussi… Comment s’est passée ton intégration ?

Fanch' - Pour la Suisse l’intégration n’est pas très évidente. Au boulot ça va, mais en dehors il n’est pas évident de se faire des amis. Au boulot ça s’explique : sur une centaine de salariés, il y a un peu plus de 30 nationalités différentes, c’est assez fou hein ? Très enrichissant. Du coup, plein de choses à échanger, à découvrir.

Flo & Yo - On parle souvent du salaire des infirmiers en Suisse, tu nous confirmes que ça vaut le coup ? Quelles sont les conditions de travail ?


Fanch' - Alors pour le salaire, oui je confirme. Mais à prendre avec des pincettes. Je gagnais à peu près 4.000 euros par mois NET, et après imposition. Mais par contre je bossais en moyenne 200h et souvent un peu plus, chaque mois. Donc c’est du 6/7 jours avec des horaires coupés. En plus j’étais logé par la structure, c’était tout bénef, et comme je suis resté 3 mois, je n’ai pas eu besoin de souscrire à une caisse de santé de là-bas. Faut réfléchir à tout ça, ceci dit, je vais pas tout vous dire sinon tout le monde va faire pareil ! Et après ça va être plus dur d’y aller... Par exemple, pour Genève, il faut une reconnaissance du diplôme, ça prend un peu de temps et c’est pas gratuit (tout dépend du Canton où l’on se trouve). Moi j’étais à Fribourg (pas besoin de ça) et c’est l’agence d’intérim qui s’est chargée du permis de travail. Je n’avais pas de véhicule, là-bas, tu dépenses des sous pour à peu près tout, mais tu as un pouvoir d’achat qui n’a rien à voir avec la France. En 3 mois, j’ai mis 9.000 euros de coté, et je ne me suis pas gêné pour m’acheter un nouveau Réflex, mes billets d’avions pour le Népal, faire des sorties, des week-end ski, des restaurants, et le premier mois j’étais en coloc avec des français, 550 euros de loyer. Donc oui, la Suisse ça vaut le coup mais ça bosse dur !


« Ce qui m’a le plus marqué : l’ouverture d’esprit des populations rencontrées, la gentillesse, la beauté des âmes »

Flo & Yo - Qu’est ce qu’un « Home » ? Le travail d’un infirmier est-il le même en Suisse qu’en France ?


Fanch' - Justement je bossais dans un Home, c’est une maison de retraite non médicalisée. Grosso modo, quand quelqu’un doit être perfusé, hop, on le transfère à l’hôpital.
Là-bas (je me répète je ne veux pas généraliser) notre organisation était telle qu’on avait 4 ou 5 patients à prendre en charge de A à Z : toilette, nettoyer les chambres, les soins, descendre en salle à manger, aider au repas si besoin... Pour 4.000 euros, faire 5 toilettes tous les jours pour partir en voyage après, ça ne pose pas de problème .

Flo  Yo - Interview de Fanch

Flo & Yo - Un infirmier Français peut-il facilement travailler en Suisse ?

Fanch' - Ben, j’ai essayé d’y repartir avant la Corse : je n’ai pas réussi, et une fois en Corse j’ai eu plein d’appels ! Je pense que lorsqu’on a un pied là-bas et que ça s’est bien passé, c’est possible d’y retourner. J’essaierais d’y retourner 2 ou 3 mois chaque année histoire de préparer sereinement mes voyages. Je vous tiendrai au courant.

Flo & Yo - Quelles sont les différences qui t’ont surpris par rapport à la France au niveau du soin ?


Fanch' - Il n'y a pas de réels changements, si ce n’est que les noms des médicaments sont tous différents et ça, au début, c’est galère pour cibler les pathologies des patients. Moi qui suis assez à l’aise avec la pharmacologie, c’était un peu délicat au début.

Flo & Yo - Qu’est ce qui t’a le plus marqué à l’étranger ? Quels sont tes plus beaux souvenirs de voyages ?


Fanch' - Ce qui m’a le plus marqué : l’ouverture d’esprit des populations rencontrées, la gentillesse, la beauté des âmes. Un repas partagé par une famille indienne dans un train, un indien qui t’attend à l’autre bout du pays parce que tu as croisé un cousin à lui sur un houseboat 5 ou 6 jours avant et qui sait que tu viens, il ne sait pas quand, mais il sait que j’arrive, et hop en descendant du bus, on me demande si je suis bien François, assez surprenant sur le coup, il n’y a qu’en Inde que ça arrive.

J’ai plein d’autres anecdotes comme ça… Il y a aussi la beauté des paysages, des plantations de thé où tout est vert, aux cailloux posés ici et là à Hampi, le palais de Mysore, les montagnes sacrées du Népal, Katmandou et Freak Street, Durbar Square et ses temples typiques, les Népalais, forces de la nature, et leur gentillesse légendaire, la nourriture complètement délicieuse, enfin il y a plein plein plein de trucs…

Flo  Yo - Interview de Fanch

Flo & Yo - Et après, Quels sont tes projets ? Tu souhaites aller où ?

Fanch' - Mes projets… C’est vivre mon aventure en Corse. Du coup je prolonge jusqu’à octobre je pense, et après ça sera sûrement l’Australie, la Nouvelle Zélande avec un pote qui vient de s’y installer… Mais bon, comme je fais beaucoup de surf et vu l'état de mon épaule, pour le moment c’est un peu mort, je vais peut être reporter ça plutôt début 2013.

Là, j’ai une grosse grosse envie de retourner en Inde, au nord ce coup-ci, et continuer mon aventure en Asie. J’ai pas mal d’amis qui partent vers les pays d’Amérique du Sud, moi pour le moment, c’est l’Asie qui m’inspire… L‘Asie du Sud, mais aussi la Mongolie, ça va être un trip 2013 voire peut-être fin 2012, à voir…

Merci Fanch’ d’avoir répondu à toutes nos questions ! Toutes tes photos sont superbes et donnent envie de partir à la découverte des chemins du monde. Nous te souhaitons un bon rétablissement et qui sait peut-être à bientôt sur la route…

Flo & Yo - Deux soignants à la conquête du monde !

logo Flo&YoEn novembre 2011, Yohan, 31 ans, aide-soignant et Florence, 28 ans, étudiante manip radio en 2éme année, férus de voyages et d'expériences insolites ont créé « Care Conception Through the World », une association loi 1901 dont le nom peut être traduit en français par « La conception du soin autour du monde ». Son but ? Réaliser des reportages photos et vidéos, à travers le monde, sur les différentes façons de concevoir le soin. En résumé : voyager, découvrir, et surtout partager avec la communauté soignante et même au-delà ! Ils nous ont présenté leur projet récemment sur Infirmiers.com, partenaire de leur aventure à venir. Retrouvez l'intégralité de leur projet sur www.floetyo.com

< Retrouvez toutes les aventures de Florence et Yoan sur la page dédiée >

Florence et Yohan MAUVE
Rédacteurs Infirmiers.com
contact@floetyo.com

Partagez cet article sur :