Publicité
Les offres d'emploi
Publicité

A voir au théâtre : je t'aime, tu m'aimes, on sème !

C'est une pièce de théâtre qui trouve sa source entre deux fêtes : celle des morts, à la Toussaint, et celle des amoureux, à la Saint-Valentin... Elle est donc de saison ! J'en profite pour vous offrir ce saut de côté très réjouissant, sorte de grand-écart entre deux émotions, la perte d'un être cher et la quête du grand amour... mais pas seulement, une rencontre improbable entre deux êtres que tout oppose : une intellectuelle de haut vol et un paysan grand cru... C'est d'ailleurs pour cela que ça marche !

« Le mec de la tombe d'à côté », une pièce entre la Toussaint et la Saint-Valentin« Le mec de la tombe d'à côté », en premier lieu livre à succès de Katarina Mazetti paru en 2010, est aujourd'hui adapté avec brio au théâtre. Repris au Petit Montparnasse, à Paris, après création au Petit Saint-Martin et des tournées en France et à l'étranger, la pièce joue sur les contraires et oscille entre émotion et truculence, scènes intimistes et répliques comiques, amour naissant et rupture annoncée, passion et raison... Le titre de la pièce laisse augurer qu'il va s'en passer des choses... dans un cimetière et c'est en effet là que l'histoire débute.

Les deux personnages s'y croisent régulièrement en se recueillant sur des tombes voisines. Elle, 39 ans, bibliothécaire et citadine, vient tous les jours parler à son époux mort prématurément d'un chute de vélo ; lui, 45 ans, agriculteur qui élève des vaches et n’imagine pas qu’on puisse lire « de son plein gré », raconte ses états d'âme très « terre à terre » à sa mère disparue à la suite d'une longue maladie.

L'apparence du « mec de la tombe d'à côté » agace la jeune femme autant que la tombe avec sa stèle tape-à-l'œil. Chaque fois qu'il la rencontre, le paysan rustique s'énerve contre la « crevette » qui occupe le banc au cimetière avec lui, avec son bonnet de feutre et son petit carnet de poésie. Il suffira pourtant d'un sourire qui éclate simultanément sur leurs lèvres, pour qu'ils soient tous deux éblouis.

Une veuve et un fermier posent donc les questions suivantes : peut-on s'aimer quand tout vous sépare de l’autre ? L'amour est-il plus fort que l’appartenance à une classe sociale ? Le milieu dans lequel nous évoluons va-t-il jusqu’à déterminer nos futurs partenaires ? La pièce, résolument moderne, nous livre des pistes de réponse, souvent impertinentes et carrément truculentes. Les deux comédiens, servis par un beau texte plein de finesse mais aussi d'excentricités, livrent un bel exercice de style aidés par une mise en scène créative. L'émotion n'est jamais loin dans une alternance de chaud - parfois très chaud - et de froid - carrément glacial - comme le petit vent du Nord que l'on peut presque sentir lorsque les protagonistes sont assis sur le banc gelé de leur cimetière. Progressivement, les cœurs s'emballent, les corps s'embrasent, la raison s'échappe, la passion s'installe. Arrivent ensuite les premiers doutes, les faiblesses inavouées, les défauts insurmontables, les cassures... Ils ne sont ni très beaux, plus tout jeunes, presque banals dans leur vie balisée et sans surprise. S'ils se regardent souvent du coin de l’œil, ils enchantent pourtant nos pupilles. En nous jetant avec fougue et angoisse leur amour à la figure, ils semblent attendre notre assentiment à la question suivante : « pourquoi pas nous ? »... A vous de voir ! Parisiens, franciliens ou de passage à Paris, vous serez conquis...

Voir un extrait du spectacle lors de sa création :


Le Mec de la Tombe d'A Côté BA par bonneideeprod

  • Le mec de la tombe d'à côté, adaptée du livre de Katarina Mazetti par Alain Ganas, avec Sophie Broustal et Didier Brice, mise en scène de Panchika Velez, Théâtre du Petit Montparnasse, 31 rue de la Gaîté, Paris 14e (métro Gaîté), à 21 h du mardi au samedi, matinée le samedi à 16h30 ; www.theatremontparnasse.com

Bernadette FABREGAS
Rédactrice en chef IZEOS
bernadette.fabregas@izeos.com

Partagez cet article sur :