Publicité
Les offres d'emploi
Journées Francophones des Aides-soignants

Découvrez les Journées Francophones des Aides-soignants, le rendez-vous annuel incontournable pour tous les aides-soignants.

Publicité

EHPA : des résidents de plus en plus dépendants

Environ 728 000 résidents ont été accueillis en établissements pour personnes âgées (EHPA) en 2015, selon les premiers résultats de l’enquête EHPA dévoilés par la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES) le 17 juillet 2017. Globalement plus âgés qu’en 2011, ils sont également plus dépendants. Explications.

Sénior EHPADLe nombre de résidents en établissements pour personnes âgées (EHPA) a augmenté de 5% entre 2011 et 2015 et est ainsi passé de 692 980 à 727 930, selon un rapport de la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES). Les résidents accueillis dans ces structures sont aussi plus âgés qu’auparavant et ont en moyenne 85 ans et 9 mois contre 85 ans en 2011. La proportion de personnes âgées de 90 ans ou plus a connu une augmentation de 6% et s’élève ainsi, en 2015, à environ 254 775. Selon la DREES, cette évolution est notamment due à l’allongement de l’espérance de vie. À noter que parmi les personnes âgées de 80 ans ou plus, les femmes représentent 78% des résidents. Par ailleurs, la majorité des personnes accueillies au sein de ces structures n’ont pas de conjoint.

Des résidents plus dépendants et souffrant de troubles de cohérence

Autre chiffre intéressant révélé par la DREES : le niveau moyen de dépendance des résidents, au sens de la grille AGGIR, s’est accru entre 2011 et 2015, passant ainsi de 81% à 83%. 54% des résidents en établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) sont très dépendants (GIR 1 ou 2). Au sein des unités de soins longue durée (USLD), la quasi-totalité des patients sont dépendants (GIR 1 à 4) et 40% d’entre elles sont confinées au lit et souffrent d’une grave altération de leurs fonctions mentales. Hors logement-foyer, les résidents ont principalement besoin d’une aide à la réalisation de leur toilette (93%). 86% des personnes âgées ont besoin d’aide pour s’habiller et 70% pour s’alimenter. Par ailleurs, les trois quarts des résidents ne peuvent se déplacer entièrement seuls au sein de leur lieu de vie.

Zoom sur les GIR

Le groupe iso-ressource (GIR) correspond au niveau de perte d’autonomie d’une personne âgée et se calcule à l’aide de la grille AGGIR (autonomie gérontologique, groupes iso-ressources). Le GIR d’une personne peut aller de 1 (niveau de perte d’autonomie le plus fort) à 6 (plus faible perte d’autonomie).

  • GIR 1 : personnes âgées confinées au lit ou au fauteuil, dont les fonctions mentales sont gravement altérées et qui nécessitent la présence continue d’intervenants.
  • GIR 2 : personnes confinées au lit ou au fauteuil, dont les fonctions mentales ne sont pas totalement altérées, et qui ont besoin d’une prise en charge pour la plupart des activités de la vie courante OU personnes dont les fonctions mentales sont gravement altérées mais qui ont conservé leurs capacités de déplacement.
  • GIR 3 : personnes qui ont conservé leur autonomie mentale mais qui ont besoin d’être aidés quotidiennement pour les gestes de la vie courante (se lever, se coucher, s’habiller…).
  • GIR 4 : personnes ayant besoin d’aide pour se lever et se coucher, mais pouvant se déplacer seules OU personnes n’ayant pas de difficulté à se déplacer mais ayant besoin d’une aide pour les activités corporelles et les repas.
  • GIR 5 : personnes ayant besoin d’une aide ponctuelle pour la toilette, la préparation des repas et le ménage.
  • GIR 6 : personnes ayant totalement conservé leur autonomie dans les actes de la vie courante.

Les patients plus jeunes sont quant à eux plus souvent touchés par des problèmes de cohérence (capacité à converser et à se comporter de manière logique et sensée) que pas les troubles moteurs. Ils touchent ainsi 89% des moins de 70 ans. Par ailleurs, environ 260 000 résidents, soit un tiers de l’ensemble des personnes âgées, souffrent de la maladie d’Alzheimer ou d’une maladie apparentée, mais seuls 11% des patients sont accueillis dans une unité spécifique et environ 5% des résidents sont accueillis en pôle d’activités et de soins adaptés (PASA) ou en unité d’hébergement renforcé (UHR).

Enfin, soulignons que deux sorties sur trois correspondent à un décès. Les autres sorties correspondent à des transferts vers un autre établissement ou au retour vers le domicile personnel ou celui d’un proche. En tout en 2015, 265 000 personnes sont sorties d’un établissement pour personnes âgées après avoir passé en moyenne deux ans et demi au sein de la structure.

• Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques , « 728 000 résidents en établissements d’hébergement pour personnes âgées en 2015 », 17 juillet 2017

Aurélie TRENTESSE
Journaliste
aurelie.trentesse@infirmiers.com
@ATrentesse

Partagez cet article sur :