Assistant médical : "un niveau minimum de qualification d’aide-soignant"

Dans une lettre de cadrage adressée au président de l’Union nationale des caisses d’assurance maladie (UNCAM), William Gardey, la ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès Buzyn, a détaillé le cadre du déploiement d’assistants médicaux.

assitant médical

Nous créerons des assistants médicaux. Ces personnels de santé accompagneront et déchargeront le médecin, d’actes simples. Nous devons continuer à décharger les médecins d’actes qui peuvent être faits par d’autres. Annoncée par Emmanuel Macron, la création du poste d’assistant médical est l’une des mesures phares du plan "Ma Santé 2022". Outre la mise à jour de dossiers médicaux, les assistants devront se charger d’aide à l’accueil, de la prise des constantes ou encore de l’aide aux examens complémentaires comme l’électrocardiogramme. En vue des prochaines négociations conventionnelles sur le financement des Communautés professionnelles territoriales de santé (CPTS) et sur les assistants médicaux, Agnès Buzyn a rappelé dans un courrier destiné à l’UNCAM et dont Le Généraliste a eu copie, la création de 4000 postes de ce nouveau métier d’ici 2022 et donné aux organisations représentatives des professionnels de santé et à l’Assurance maladie jusqu’à fin avril 2019 pour que les discussions puissent aboutir. Les négociations devront permettre de préciser les différentes missions, administratives et soignantes, qui seront confiées aux assistants médicaux (…) Ces missions, pour partie de dimension soignante, relèveront des compétences réservées à un niveau minimum de qualification d’aide-soignant, a précisé la ministre.

Selon notre sondage Facebook aide-soignant, une grande majorité se déclare "intéressée" par le poste d'assistant médical. N'hésitez pas à donner votre avis jusqu'à demain

Rémunération des assistants médicaux

Afin de bénéficier du financement d’assistants médicaux par l’Assurance maladie, les médecins devront respecter certaines conditions telles que : l’exercice en cabinet de groupe, l’inscription dans un exercice coordonné, l’augmentation du nombre de patients reçus en consultation. Quant à l’aide financière, elle sera dégressive. Cette dégressivité ayant vocation à être compensée par l’accroissement de la file active des médecins, souligne Agnès Buzyn dans sa lettre de cadrage. Les négociations définiront aussi la rémunération des assistants médicaux. Il vous appartiendra de déterminer un niveau de rémunération approprié aux missions assurées et garantissant l’attractivité de la fonction, a-t-elle indiqué. Les négociations pour les assistants médicaux débuteront le 24 janvier prochain. Sur son site Internet, la Fédération des Médecins de France, vient de faire savoir qu'elle se réservait quant à sa participation. La FMF ne voit aucun intérêt à participer à des séances de 'négociations hebdomadaires', pendant deux mois, pour un résultat préalablement fixé, s'est insurgé Jean-Paul Hamon, président de la FMF. La Fédération attend des précisions du Ministère de la Santé sur des négociations ouvertes et non fermées d'emblée.

Partagez cet article sur :