Publicité
Les offres d'emploi
Journées Francophones des Aides-soignants

Découvrez les rendez-vous incontournables des Aides-soignants.

Publicité

Dans le couloir… "Évadez-vous, sortez de vous, sauvez-vous..."

Nous l'avons découvert à l'automne 2017 et il ne pouvait en être autrement que de partager les histoires qu'il nous raconte. Sur sa page facebook intitulée "Dans le couloir...", cet aide-soignant nous ouvre une à une les portes des chambres de son service de soin et raconte. Derrière chacune d'entre elles se cachent des histoires et des vies différentes... Régulièrement nous publions ces jolies chroniques, une invitation qui vous est faite pour les découvrir et les aimer !

Dans le couloir…

Aide-soignant diplômé en 2013, il a toujours exercé à l'hôpital. "Je prends plaisir à être le spectateur assidu de mes meilleurs acteurs : les patients et le personnel soignant. Ce contact me permet d'apprendre beaucoup sur l'humain, ses travers parfois, les cultures du monde, les difficultés du quotidien... Cet apprentissage de la vie, j'en garde une trace depuis cinq ans. Dans un carnet qui me sert d'exutoire, je relate des anecdotes professionnelles. Depuis, j'essaie de formaliser cela sur un support accessible et ludique. C'est ainsi que j'ai créé une page Facebook sur laquelle je délivre régulièrement une histoire courte. Parfois humoristiques, parfois touchantes, elles sont le reflet du quotidien d'un aide-soignant travaillant à l'hôpital. Pourquoi avoir choisi comme nom "Dans le couloir" me direz-vous ? A la fois une entrée et une sortie, cet élément anodin d'un service représente le passage et c'est, à mon sens, l'essence même de l'hôpital. Passeur d'âmes et passeur d'histoires je souhaite faire découvrir ce monde troublant. " fin encadré

Chambre 134

Dans le couloir… « Évadez-vous, sortez de vous, sauvez-vous... »Tandis que certains naissent et babillent dans un premier chapitre, d'autres meurent et clôturent un roman, celui de leur vie. En chirurgie oncologique, nous tournons des pages sur lesquelles les mots s’égrènent lentement ou se précipitent au bout du stylo des praticiens qui signent à la fois la préface et souvent l'épilogue de nos patients en inscrivant au bas de la page : Décédé(e).

"Me voici déjà arrivé à la fin..." C'est ainsi que Monsieur N. me résume, avec une pointe d'amertume, le dernier tome de son existence. En pleine ébullition créative, plongé dans l'écriture de son dernier roman, il ne se doutait pas que le cancer provoquerait l’achèvement précipité d'une autre histoire, la sienne. Toutefois, difficile d'être à la fois le narrateur et le héros d'une vie qui semblait pourtant tracée de façon aussi harmonieuse que les courbes de sa délicate écriture cursive. Tandis que se profilent les derniers paragraphes, voici Monsieur N. qui se retrouve confronté à l'appréhension de la page blanche sur laquelle il ne peut se résoudre à inscrire lui-même le point final...

Âgé d'à peine 38 ans, Monsieur N. est écrivain. Usant de la plume dans son domaine de prédilection qu'est le roman, avec son inspiration débordante, il nous tient en haleine durant nos longues nuits de garde pendant lesquelles nous nous plongeons avec ravissement dans ses histoires qu'il a lui- même sélectionnées.  Comme pour encourager cette parenthèse romanesque dans le secret de notre imaginaire, c'est toujours la même dédicace qu'il inscrit, pour nous, à l'intérieur de ses romans : "Évadez-vous, sortez de vous, sauvez-vous..."

"Il faut que tu écrives tout ça, tout ce que tu vois !"

C'est la dernière phrase que Monsieur N. me lancera, à la façon d'une éternelle promesse, le regard déjà éteint perdu sur son visage émacié.

Gros fumeur devant l'éternel, à défaut de jaunir les pans de mur, il noircit davantage, avec une frénésie que nous lui connaissons bien, les pages d'un cahier aux coins racornis. Cependant, il y a quelques jours, l'équipe médicale, unanime et formelle, a tracé un trait sur toute possibilité de rémission. En effet, et ce n'est pourtant pas faute d'avoir essayé, aucun essai thérapeutique ne semble vouloir monter au front dans l'âpre bataille contre le crabe.

Avec la mine grave que je lui connais bien, l'oncologue s'est rendu auprès de lui. La porte est entrouverte ; je l'aperçois assis au bout du lit, lunettes entre les mains et silencieux tandis que Monsieur N. lui demande, de sa voix essoufflée : "Alors, ça y est, c'est fini ?"  Dès lors, l'on sent que la maladie gagne progressivement du terrain.

Nous retrouvons Monsieur N. somnolant, refusant de manger et d'une pâleur extrême. Même son écriture, qu'il accrochait sur des feuilles volantes, semble étouffée, comme gagnée, elle aussi, par le cancer du poumon qui le ronge de façon plus intense. Baissant la garde, Monsieur N. laisse le crabe, qui ne se fait pas prier, proliférer allégrement en toute impunité...

"Il faut que tu écrives tout ça, tout ce que tu vois !" C'est la dernière phrase que Monsieur N. me lancera, à la façon d'une éternelle promesse, le regard déjà éteint perdu sur son visage émacié. Son manuscrit inachevé se conclut par cette note : "Votre histoire ne se finit réellement que lorsque vous avez décidé d'y ajouter un point final, le vôtre...".

A mon tour, dans le carnet que j'utilise, j'écris avec le stylo de Monsieur N. que m'a offert son épouse. Comme beaucoup d'autres, il a rejoint les patients marquants qui bordent et borneront ma route professionnelle. Ce sont eux qui alimentent ma plume et, en parlant d'eux, c'est un peu leur histoire qui ne se finit pas...

Ecouter Bob Dylan chanter Knockin' on Heaven's Door

Cet article a été publié sur la page facebook "Dans le couloir Pensées d'un aide-soignant" le 27 février 2018

Après une page Facebook consacrée à ses publications, Alexis Bataille a décidé de sortir son livre "Dans le couloir, pensées d’un aide-soignant". Au fil des chapitres, il y pousse les portes des chambres de l’hôpital et raconte sa relation avec les patients qui l’ont profondément marqué.

"Dans le couloir, pensées d’un aide-soignant" d’Alexis Bataille; livre paru aux éditions Librinova; prix : 2,99 euros.

Bernadette FABREGAS
Rédactrice en chef Infirmiers.com
bernadette.fabregas@infirmiers.com
@FabregasBern

Partagez cet article sur :