Laurence Rossignol à l'écoute des soignants et des aidants

Plusieurs soignants et aidants blogueurs ont rencontré le 10 février 2016, Laurence Rossignol, qui était alors secrétaire d'État chargée de la Famille, de l'Enfance, des Personnes âgées et de l'Autonomie, devenue le 11 février ministre de la Famille, de l'Enfance et des Droits des femmes. Skuld, qui a participé au débat sur le thème des personnes âgées et des aidants, en fait le compte-rendu.

Florence Rossignol et soignants bloggueurs

Nous étions sept blogueurs essentiellement issus de Twitter : un médecin (Christophe Trivalle), deux aidants familiaux ("Je suis Aidant" et Marie Bertrand qui dessine "La vie en Vieux"), trois aides-soignants (Babeth L'Auxi, @charlieisdark et moi-même) et une blogueuse travaillant dans l'aide à domicile (Malvina Garnier) .

Je ne m'attendais pas à cette forme de rencontre : autour d'une table, en petit comité. Laurence Rossignol était accompagnée de deux conseillères et de son attachée de presse. Chacun s'est présenté et puis… elle nous a laissés parler. Moi qui m'attendais à ce qu'elle nous fasse un discours pendant deux heures, je me suis trompée. On a parlé de notre vécu, en tant qu'aidants, proches de personnes âgées dépendantes, médecin gériatre, soignants. L'entrevue devait durer deux heures, elle nous en a accordées trois. J'ai pu faire remonter toutes vos inquiétudes et lui exprimer votre colère vis-à-vis de la politique d'économie actuelle.

Tout d'abord, elle nous a expliqué vouloir avoir une vision de la situation autre que des statistiques ou biaisée par les présentations officielles qui enjolivent la réalité. Ce qui est ressorti pour ma part, c'est l'écart entre ses chiffres sur les effectifs (normalement, nous sommes censés être en nombre suffisant...) et la réalité du terrain et j'ai bien insisté sur ce point, que ce soit pour les EHPAD ou les services hospitaliers. Lorsque elle réfléchissait pour trouver comment mieux soigner nos personnes âgées, on lui a répondu que le seul moyen d'avoir des soins de qualité c'est de mettre du personnel en nombre et formé correctement.

On a aussi évoqué le manque de reconnaissance de la profession aide-soignante et, d'après elle, un projet de revalorisation du métier est en cours d'étude, cela comprendrait une rallonge de la durée des études, le diplôme passerait en catégorie 4. Mais il n'y a aucun automatisme avec l'évolution des rémunérations qui dépend de chaque statut et de chaque convention collective. C'est juste à l'étude, on n'a pas eu de date quant à la mise en place d'une telle réforme. De plus, la possibilité de passer en libéral ne se fera probablement pas.

Elle a évoqué la mise en place de 15 000 emplois de Service Civique dans les hôpitaux mais le Docteur Trivalle, médecin gériatre, a souligné que ça n'améliorerait pas pour autant les conditions de travail des AS car il faudrait une vraie formation.

Clairement, j'ai bien vu que nos vécus l'ont interpellée. Elle était visiblement touchée par nos expériences et difficultés et ce n'était pas feint, elle a connu la situation d'aidant et nous raconté comment elle l'avait vécu. C'est aussi pour ça qu'elle est sensible au sujet.

Ce fut donc positif de mon point de vue, elle n'était pas là pour faire des promesses mais pour avoir une vue d'ensemble réaliste des aidants. J'espère que ça lui donnera une base de travail pour tenter d'améliorer la situation. Elle a avoué être limitée dans son action par le budget car contenter tout le monde n'est pas simple et elle gère des tas de paramètres différents.

Pour moi, c'est une volonté de connexion avec nos réalités. Je ne sais pas quelles conséquences aura cette entrevue mais j'ai eu le sentiment que ce que j'ai vécu et ce que je fais avec mes dessins ne sont pas vains, chacun a pu faire remonter son vécu jusqu'aux plus hautes sphères directement. Je précise que nos dires étaient soigneusement notés. Et ça déjà c'est très bon signe.

Je vous remercie pour votre soutien et j'espère avoir été à la hauteur. Si vous avez des questions n'hésitez pas à me les poser en commentaires !

Pour les aides-soignants,

Partagez cet article sur :