Publicité
Les offres d'emploi
Journées Francophones des Aides-soignants 2018

Découvrez les Journées Francophones des Aides-soignants, le rendez-vous annuel incontournable pour tous les aides-soignants. Les 25 & 26 janvier 2018 à Paris.

Publicité

En octobre : on voit Rose !

Ça y est ! Cela fait déjà un moment qu’on en parle et le voici : Octobre rose ! Victime de son succès, de nombreux événements sont programmés partout sur le territoire. Ils se succèdent, s’accumulent et s’entremêlent au point qu’on ne sait plus où donner de la tête.Toutefois, si certains en deviennent moroses, critiquant ce « grand ramdam », d’autres ont trouvé une manière originale de suivre le mouvement.

ruban rose cancerDepuis près de 25 ans, le mois d’octobre est arrosé de rubans roses comme d’initiatives en tous genres. Déjà, le 27 septembre dernier, la tour Eiffel était en avance. La dame de fer avait revêtu une tenue de soirée : un habit de lumière d’un rose violacé en signe de soutien de la 24ème édition de cette fameuse campagne annuelle contre le cancer du sein. Ou devrait-on dire cette gigantesque opération de communication mondiale qui rassemble les associations, les professionnels de santé, les organismes sanitaires, et les patientes elles-mêmes. Le but : informer le grand public sur ce cancer, dont le dépistage reste la principale priorité.

Le cancer du sein est le 2e cancer le plus fréquent en France et le cancer le plus fréquent chez la femme

Courses, rallyes, conférences… Au fil des ans, ce mouvement a pris de l’ampleur, au point d’être qualifié ici et là de « grand barnum ». Pourtant, comme le dit si bien la dernière tribune de Rose magazine : il faut bien reconnaître qu’il a au moins cette vertu de parler et faire parler du cancer du sein. Le dépistage bien sûr, il est certes important de le rappeler et même de le marteler. Cette année, les gynécologues souhaitent notamment sensibiliser les femmes à l’autopalpation, une pratique encore peu courante en France. Mais s’il est nécessaire d’informer, n’est-il pas aussi méritant de soutenir les femmes qui vivent tous les jours avec cette maladie et d’essayer d’améliorer au mieux leur quotidien ? Certaines personnes ne manquent pas d’idées inventives pour apporter leur pierre à l’édifice.

Informer, mais comment ?

L’association Pink Bra bazaar a trouvé une façon plutôt ludique de parler du cancer du sein : en customisant des soutiens-gorge lors d’ateliers de création. En effet, la prévention est évoquée au milieu des fils et des aiguilles. Quant à la matière première, elle est récoltée via des pink bra box : pendant tout le mois d’octobre, ces boîtes vont circuler dans les écoles, les mairies, associations et hôpitaux où les femmes pourront déposer leurs soutiens-gorge qui gisaient au fond de leurs tiroirs.


Prévenir c’est essentiel, guérir c’est une grande nouvelle mais se reconstruire pas toujours évident. Autre sujet dont on parle peu mais qui a néanmoins son importance : la reconstruction mammaire. Pour les patientes concernées, il est nécessaire d’être parfaitement au courant de toutes les options possibles afin d’avoir un jugement éclairé pour prendre sa décision. Pourtant, il est difficile pour elles d’accéder à des informations compréhensibles. C’est pourquoi l’auteure de BD et bloggeuse Lili Sohn en partenariat avec l’Institut Curie vient de lancer une web-série qui traite des différentes techniques de reconstruction. DIEP, lipomodelage, reconstruction par lambeaux, les étapes de ces procédés sont expliquées sur un ton humoristique par l’illustratrice afin de dédramatiser ces situations souvent difficiles. Mais si les vidéos de la série :Ch’ui pas Docteur restent décalées, leur contenus est validé par des spécialistes.

 Le matin, j‘avais l’impression d’enfiler un bonnet et la sensation du coiffage matinal me manquait

Une femme avec un cancer reste une femme avant tout

Etre touchée par un cancer, ce n’est pas renoncer à être une femme, ni à être belle. C’est du moins ce qu’a voulu prouver Julie, jeune niçoise dynamique, lorsqu’elle a créé les Frangynes de jolies franges de plusieurs couleurs que l’on va associer à des turbans, explique-elle dans une vidéo sur youtube. L’idée lui est venue alors qu’elle a elle-même été atteinte par la maladie. Face à son alopécie, elle n’arrivait pas à s’adapter au port de la perruque. Le matin, j‘avais l’impression d’enfiler un bonnet et la sensation du coiffage matinal me manquait, raconte-t-elle. Elle a donc décidé de porter des turbans qu’elle nouait autour de la tête comme pour renouer avec sa féminité et les a accessoirisé de fausses franges. Une alternative originale à la perruque et un joli succès en perspective !

 Le téton Tattoo shop, un salon dédié à la reconstruction mammaire

Dans la même veine, une ex-chercheuse en oncologie a décidé de changer de carrière pour se consacrer aux femmes qui ont survécu au cancer. Elle s’est reconvertie… dans le tatouage. Et oui, Alexia Cassar, a ouvert le Téton Tattoo shop, un salon dédié à la reconstruction mammaire où elle emploie une technique de tatouage en 3D importé des Etats-Unis. Elle est pour le moment, la seule en France à utiliser cette méthode. A l’occasion d’octobre rose, elle sera à Bordeaux ce lundi 2 octobre pour tatouer gratuitement les femmes présentes sur place en compagnie d’autres tatoueuses de l’association Sœurs d’encres by Rose tattoo, un collectif qui rassemble les professionnelles sensibles aux tatouages réparateurs suite à une maladie. Il est prévu que les adhérentes de l’association soient présentes à tour de rôle à Bordeaux pendant toute la semaine afin de rencontrer le public et répondre aux questions (le planning est sur les réseaux sociaux).

Enfin, à Longwy, en lorraine, la mairie a ouvert un groupe facebook pour inciter les couturières et autres petites mains à envoyer leur créations pour la campagne. L’équipe a été surprise du résultat : ils ont reçu beaucoup plus de colis que prévu. Ces biens vont donc être mis en jeu pour un « instant gagnant ». Les participants feront un don pour octobre rose en échange d’un ticket qui correspondra forcément à un lot.

Ainsi, pour peindre le mois d’octobre en rose, chacun peut y ajouter son coût de pinceau personnel.

Cancer du sein en France : quelques chiffres

  • En tout, en peu plus de 54 000 nouveaux cas ont été estimés en 2015.
  • Le cancer du sein est le 2e cancer le plus fréquent en France et le cancer le plus fréquent chez la femme.
  • 78 % des cancers sont diagnostiqués chez des femmes de 50 ans et plus et 24 % chez celles de 75 ans et plus.
  • Si l’incidence du cancer du sein a beaucoup augmenté entre 1980 et 2000, elle est en baisse depuis 2005 ! En effet, on observe une diminution de 1,5% par année entre 2005 et 2012.
  • En parallèle, le taux de mortalité a décru de 1,5% par an en moyenne entre 2005 et 2012.
  • On estime le nombre de décès à 11 913 en 2015, ce qui représente 18,2% par cancers chez les femmes.
  • La survie nette à l’âge de 5 ans est de 87% sur la période 2005-2010 tous âges confondus

Pour en savoir plus rendez-vous sur les sites de l’INCa et de Santé publique France.

Partagez cet article sur :