Publicité
Les offres d'emploi
Journées Francophones des Aides-soignants

Découvrez les rendez-vous incontournables des Aides-soignants.

Publicité

VIDEO – Obligation vaccinale contre la grippe : le débat continue

Doit-on obliger les professionnels de santé à se vacciner contre la grippe ? Devant un bilan très lourd, puisque l'épidémie a touché près d'un million de personnes cette année, la question a encore été soulevée lors des dernières journées francophones des aides-soignants, les 19 et 20 janvier derniers à Paris.

C'est un vrai débat qui oppose les paramédicaux aux médecins (mais pas uniquement) sur la question de la vaccination contre la grippe imposée à tous les soignants. En effet, les professionnels de santé doivent-ils se faire vacciner obligatoirement ? A l'Assistance publique – Hôpitaux de Paris, la réticence des paramédicaux est incontestable puisque seuls 10 % d'entre eux seraient vaccinés (contre 25 % de médecins), selon Martin Hirsch. Un taux que le directeur de l'AP-HP juge « faible et anormal ».

Mais devant un lourd bilan à la fois humain et économique – cette année la grippe devrait coûter un milliard d'euros à l’État – la situation dépasse la compréhension des médecins qui prônent une obligation vaccinale pour tous les professionnels de santé. « C'est inacceptable que des soignants refusent de se faire vacciner. On se rend compte que lorsque le seuil de vaccination est trop bas, il y a des morts. Il ne s'agit pas uniquement de le faire pour soi, mais aussi de protéger les autres de la maladie », réagit François Braun, président du syndicat national Samu-Urgences France.

Les paramédicaux, eux, se prononcent davantage en faveur de mesures d'hygiène prises, notamment, à l'entrée des services, plutôt qu'une vaccination qui leur serait imposée. Ils jugent par ailleurs que les  contraindre à la vaccination ne suffirait pas à éviter la contamination. « Les personnes à risque peuvent attraper la grippe partout : au travail, dans les transports en commun, en famille...Dans ce cas, la logique voudrait qu'on impose le vaccin à tous les transmetteurs potentiels, à savoir tous les français », estime Sam Häxa. Alors finalement, quelles seraient les meilleures solutions pour  prévenir les risques de contamination chez les patients...?

Partagez cet article sur :