Publicité
Les offres d'emploi
Journées Francophones des Aides-soignants

Découvrez les rendez-vous incontournables des Aides-soignants.

Publicité

Vieillir et laisser tomber l’exercice physique, plus dure sera la chute !

Le mieux n’est pas forcément de vivre longtemps mais de vivre le plus longtemps possible en bonne santé. Une étude française d’une ampleur sans précédent parue dans JAMA Internal Medicine démontre que l’exercice physique pratiqué de manière prolongé réduit le risque de chutes et notamment de chutes avec lésions.

Vieillir et laisser tomber l’exercice physique, plus dure sera la chute !Un exercice physique prolongé aiderait les personnes âgées à vieillir dans de meilleures conditions selon une étude d’ampleur inédite du CHU de Toulouse en partenariat avec l’Inserm.

En effet, l’enjeu de cette méta-analyse (recherches basées sur les résultats d’études précédentes) était de déterminer si la pratique de l’exercice physique de manière prolongée avait un effet sur le risque de chute, de fracture, d’hospitalisation, voire de décès. Pour cela, les scientifiques ont analysé les éléments recueillis par les 46 dernières études internationales publiées, ce qui regroupent les données issues de l’observation de près de 22 709 personnes d’un âge moyen de 73 ans vivant dans des pays développés.

Contrairement aux travaux précédents, les chercheurs se sont surtout penchés sur les individus adeptes de l’exercice physique depuis au moins un an, les bénéfices du sport se révélant plus tardivement chez les personnes âgées. Cependant, si cela prend davantage de temps, l’impact est bien présent ! Les résultats sont sans équivoques : on constate une réduction des chutes de 12% et des chutes sévères avec lésions de 26% . La probabilité de se fracturer un os tendrait également à la baisse, d’après les chiffres. En revanche, les spécialistes n’ont noté aucune amélioration sur le risque d’hospitalisation. En ce qui concerne la mortalité, celle-ci demeure inchangée sauf pour les personnes âgées atteintes de pathologies cardiovasculaires ou d’une déficience cognitive.

Apparemment, pour des résultats optimaux, il est préférable de pratiquer des exercices d’équilibre, de l’aérobic ou du développement musculaire de façon modéré pendant des sessions de 50 minutes en moyenne. Le senior devrait s’exercer deux ou trois par semaine en étant encadré par un professionnel. Déjà auparavant, l’étude LIFE, qui servait de référence, semblait démontrer que 150 minutes de sport hebdomadaire réduisaient les risques de perte de mobilité chez les sujets âgés. De quoi encourager les personnes d’âges avancés à se dépasser en salle de gym.

Partagez cet article sur :