Les vomissements, surveillance et aide au patient

Article Extrait de : Soins Aides-soignantes • n° 35

Aide-soignant.com s’est associé aux éditions Elsevier Masson pour vous proposer une sélection d’articles issus de leurs deux revues aides-soignantes.

Cet article est extrait de la rubrique "Régles d'Orr" coordonnée et réalisée par Marie-Odile Rioufol, Cadre formateur, Lyon (69)

____________________Les vomissements, surveillance et aide au patient

Les vomissements sont les symptômes d’une affection. Leur recueil et leur observation permettent d’orienter le diagnostic médical. Par sa présence, l’aide-soignante peut aider le patient et l’accompagner pendant ce moment, souvent très pénible.

Les nausées et les vomissements sont le plus souvent étroitement liés, mais peuvent survenir indépendamment.

  • La nausée est une sensation de malaise due à l’envie de vomir, mais non suivie d’effets. Les nausées empêchent le patient de s’alimenter normalement. Parfois, la simple vue ou l’odeur des aliments les provoquent.
  • Le vomissement est le rejet brutal par la bouche de tout ou partie du contenu de l’estomac. Pour éviter que les éléments expulsés n’empruntent les voies respiratoires, des réflexes tels que la fermeture de la glotte et l’élévation du voile du palais se mettent en place.
  • Le vomissement est différent de l’éructation qui est un renvoi gazeux, et de la régurgitation, qui est un reflux sans effort du contenu de l’oesophage (fréquent chez les bébés).
  • L’hématémèse est un vomissement de sang.

Causes des nausées et des vomissements

  • Les nausées et les vomissements s’observent principalement dans les pathologies digestives : gastrites, appendicite, occlusion, affections du foie et des voies biliaires.
  • Ils peuvent également survenir lors de nombreuses pathologies aigues ou chroniques qui ne sont pas toujours d’origine digestive comme les intoxications alimentaires ou médicamenteuses et les affections neurologiques (syndromes méningés, tumeurs cérébrales).
  • Ils peuvent accompagner les crises cardiaques (infarctus du myocarde) et rénales (coliques néphrétiques), les vertiges, migraines, etc.
  • Ils sont fréquents chez la femme enceinte au cours du premier trimestre.
  • Enfin, ils peuvent être provoqués par le patient en cas de troubles du comportement alimentaire : anorexie, boulimie.

Risques majeurs liés aux vomissements

  • Les risques majeurs associés aux vomissements sont :
    • la fausse route chez les personnes dont les réflexes sont annulés, en cas de troubles de la conscience (patient opéré) ou de troubles neurologiques (patient comateux) ou amoindris chez les enfants et les personnes âgées ;
    • la déshydratation à la suite du déséquilibre métabolique entraîné par les vomissements.
  • Lorsque les vomissements se répètent, les spasmes digestifs et les manifestations qui les accompagnent finissent par épuiser le patient (par exemple, en soins palliatifs).
  • Les médicaments permettant de lutter contre les nausées et les vomissements sont appelés “anti-émétiques”.

Objectifs et organisation

Les objectifs principaux de l’aide-soignante lors de vomissements d’un patient sont les suivants :

  • assister le patient qui vomit et l’aider à trouver une installation adaptée pour éviter le risque de fausse route et le passage du liquide gastrique et/ou alimentaire dans les voies aériennes ;
  • recueillir les vomissements pour observer leur quantité et leur aspect, afin que le médecin puisse évaluer les pertes hydriques et orienter son diagnostic ;
  • réconforter le patient et lui apporter ensuite des soins de bien-être.

Lecture des transmissions et recueil des informations

  • Auprès de l’équipe et dans le dossier de soins, la lecture des transmissions et le recueil des informations permettent à l’aide-soignante d’être tenue informée de :
    • l’existence de pathologies digestives, neurologiques ou autres ;
    • la présence de traitements lourds (contre le cancer, le sida, etc.) difficiles à supporter et provoquant ce type d’effets indésirables.
  • Auprès du patient, ces étapes sont nécessaires pour repérer des signes avant-coureurs (nausées, par exemple) et se procurer rapidement le matériel nécessaire.

Matériel

  • Lors des vomissements, l’aide-soignante doit s’équiper de :
    • matériel de protection : serviette, alèse, papier cellulose (papier essuie-tout) ;
    • matériel de récupération : haricot ou cuvette.
  • Après les vomissements, l’aide-soignante utilise du matériel d’hygiène et de confort : cuvette, gant, serviette, verre, mouchoir, change éventuel (chemise, draps...).

Réalisation

En cas de vomissements du patient, l’aide-soignante doit l’aider efficacement pendant et après, tout en assurant sa sécurité, son confort et son hygiène.

Efficacité et aide à la personne

Pour aider la personne efficacement, l’aide-soignante doit :

  • être présente et l’assister ;
  • agir avec rapidité en cas de signes avant-coureurs, l’aider à trouver la meilleure position pour la protéger du risque de fausse route et des salissures, et à tenir le haricot ;
  • recueillir les vomissements, les observer et noter leurs caractéristiques ;
  • redonner au patient des éléments de confort.

Sécurité

Lors des vomissements, l’aide-soignante doit :

  • placer en position latérale de sécurité les personnes dont la vigilance est réduite, c’est-à-dire les enfants et les personnes opérées, comateuses ou âgées ;
  • faire tourner la tête du patient sur le côté s’il est allongé ou la lui soutenir en maintenant le haricot ;
  • aider le patient à se mettre en position demi-assise, s’il le peut et en l’absence de contre-indication.

Hygiène et confort

Lorsque le patient ne vomit plus, l’aide-soignante doit :

  • éloigner le haricot et le couvrir ;
  • essuyer le visage du patient ou le rafraîchir à l’eau, lui proposer de l’eau de Cologne ou de se moucher ;
  • proposer au patient de se laver les mains ;
  • changer la chemise ou le pyjama et le drap du lit si nécessaire, et nettoyer ;
  • réinstaller le patient confortablement après s’être assurée que son environnement est propre et lui proposer de se rincer la bouche (sauf contre-indication) avec une solution rafraîchissante ;
  • si les nausées se manifestent à nouveau, laisser le haricot et la sonnette près de la personne ;
  • aérer la pièce.

Critères de qualité du soin

Pour évaluer la qualité du soin, il faut vérifier que :

  • toute personne à risque qui vomit a été placée en position latérale de sécurité ;
  • le matériel, donné avec rapidité, protège des salissures ;
  • le soignant est resté auprès du patient et lui a assuré son aide et son réconfort ;
  • les soins d’hygiène et de confort ont été donnés au patient à la fin des vomissements ;
  • les vomissements ont été observés, et si nécessaire conservés, pour en transmettre les caractéristiques.

Relation avec la personne et avec l’équipe

  • Avec la personne, la relation consiste à rester près d’elle et à la rassurer par sa présence et son aide sans manifester de dégoût.
  • Avec l’équipe, il s’agit de noter le soin, prévenir l’infirmière et transmettre les observations et les caractéristiques des vomissements :
    • le moment de leur apparition, l’horaire par rapport au repas ;
    • le mode : avec ou sans effort, en jet ;
    • la fréquence : isolés ou répétés ;
    • la quantité : montrer éventuellement le haricot ;
    • leur aspect : alimentaire ou bilieux (vert-jaune), fécaloïde, sanglant, odorant ;
    • les signes d’accompagnement : pâleur, vertiges, confusion, fièvre, diarrhée, etc.

     

    Soins Aides-soignantes n°35 S'abonner

    Soins Aides-soignantes

    Editeur : Elsevier Masson
    6 n° par an
    + version en ligne de la revue (accès payant pour les Institutions)
    Dimensions : 21 cm x 29,7 cm

    Les rubriques : Actus - Rubriques alternées : Pathologie, Démarche de soins, Juridique, Domicile, Règles d’ORR, Psychologie, Diététique, Bien-être du soignant - Dossier, Fiches, Vie pratique, petites annonces, agenda.

    • Juin 2010 • Article extrait de la revue Soins Aides-soignantes n°35

• assister le patient qui vomit et
l’aider à trouver une installation adaptée
pour éviter le risque de fausse
route et le passage du liquide gastrique
et/ou alimentaire dans les voies
aériennes ;
• recueillir les vomissements pour
observer leur quantité et leur aspect,
afin que le médecin puisse évaluer les
pertes hydriques et orienter son diagnostic
;
• réconforter le patient et lui apporter
ensuite des soins de bien-être.
Lecture des transmissions
et recueil des informations
❚❚Auprès de l’équipe et dans le dossier
de soins, la lecture des transmissions
et le recueil des informations
permettent à l’aide-soignante d’être
tenue informée de :
• l’existence de pathologies digestives,
neurologiques ou autres ;
• la présence de traitements lourds
(contre le cancer, le sida, etc.) difficiles
à supporter et provoquant ce type
d’effets indésirables.
❚❚Auprès du patient, ces étapes sont
nécessaires pour repérer des signes
avant-coureurs (nausées, par exemple)
et se procurer rapidement le
matériel nécessaire.
Matériel
❚❚Lors des vomissements, l’aide-soignante
doit s’équiper de :
• matériel de protection : serviette,
alèze, papier cellulose (papier essuietout)
;
• matériel de récupération : haricot
ou cuvette.
❚❚Après les vomissements, l’aide-soignante
utilise du matériel d’hygiène
et de confort : cuvette, gant, serviette,
verre, mouchoir, change éventuel
(chemise, draps...).
Réalisation
En cas de vomissements du patient,
l’aide-soignante doit l’aider efficacement
pendant et après, tout en assurant
sa sécurité, son confort et son
hygiène.
Efficacité et aide
à la personne
Pour aider la personne efficacement,
l’aide-soignante doit :
• être présente et l’assister ;
• agir avec rapidité en cas de signes
avant-coureurs, l’aider à trouver la
meilleure position pour la protéger du
risque de fausse route et des salissures,
et à tenir le haricot ;
• recueillir les vomissements, les
observer et noter leurs caractéristiques
;
• redonner au patient des éléments
de confort.
Sécurité
Lors des vomissements, l’aide-soignante
doit :
• placer en position latérale de
sécurité les personnes dont la
vigilance est réduite, c’est-à-dire les
enfants et les personnes opérées,
comateuses ou âgées ;
• faire tourner la tête du patient
sur le côté s’il est allongé ou la lui
soutenir en maintenant le haricot ;
• aider le patient à se mettre en
position demi-assise, s’il le peut et
en l’absence de contre-indication.
Hygiène et confort
Lorsque le patient ne vomit plus,
l’aide-soignante doit :
• éloigner le haricot et le couvrir ;
• essuyer le visage du patient ou
le rafraîchir à l’eau, lui proposer de
l’eau de Cologne ou de se moucher
;
• proposer au patient de se laver
les mains ;
• changer la chemise ou le pyjama
et le drap du lit si nécessaire, et nettoyer
;
• réinstaller le patient confortablement
après s’être assurée que son
environnement est propre et lui proposer
de se rincer la bouche (sauf
contre-indication) avec une solution
rafraîchissante ;
• si les nausées se manifestent à
nouveau, laisser le haricot et la sonnette
près de la personne ;
• aérer la pièce.
Critères de qualité du soin
Pour évaluer la qualité du soin, il faut
vérifier que :
• toute personne à risque qui
vomit a été placée en position
latérale de sécurité ;
• le matériel, donné avec rapidité,
protège des salissures ;
• le soignant est resté auprès du
patient et lui a assuré son aide et son
réconfort ;
• les soins d’hygiène et de confort
ont été donnés au patient à la fin des
vomissements ;
• les vomissements ont été observés,
et si nécessaire conservés, pour
en transmettre les caractéristiques.
Relation avec la personne
et avec l’équipe
❚❚Avec la personne, la relation
consiste à rester près d’elle et à la rassurer
par sa présence et son aide sans
manifester de dégoût.
❚❚Avec l’équipe, il s’agit de noter le
soin, prévenir l’infirmière et transmettre
les observations et les caractéristiques
des vomissements :
• le moment de leur apparition,
l’horaire par rapport au repas ;
• le mode : avec ou sans effort, en
jet ;
• la fréquence : isolés ou répétés ;
• la quantité : montrer éventuellement
le haricot ;
• leur aspect : alimentaire ou bilieux
(vert-jaune), fécaloïde, sanglant, odorant
;
• les signes d’accompagnement :
pâleur, vertiges, confusion, fièvre,
diarrhée, etc.

Règles d'ORR
Rubrique coordonnée et réalisée
par Marie-Odile Rioufol
Cadre formateur, Lyon (69)

Partagez cet article sur :