Publicité
Les offres d'emploi
Publicité

Soins d’entretien d’une colostomie ancienne

Article Extrait de : Soins Aides-Soignantes n° 25

Soins - Aide Soignante 25 S'abonner

Soins Aides-Soignantes

Editeur : Elsevier Masson
6 n° par an
+ version en ligne de la revue (accès payant pour les Institutions)
Dimensions : 21 cm x 29,7 cm


Les rubriques :
Actus - Rubriques alternées : Pathologie, Démarche de soins, Juridique, Domicile, Règles d’ORR, Psychologie, Diététique, Bien-être du soignant - Dossier, Fiches, Vie pratique, petites annonces, agenda.

Aide-soignant.com s’est associé aux éditions Elsevier Masson pour vous proposer une sélection d’articles issus de leurs deux revues aides-soignantes.


Cet article est extrait de la rubrique "Régles d'Orr" coordonnée et réalisée par Marie-Odile Rioufol, Cadre formateur, Lyon (69)

____________________

 

Un patient porteur d’une colostomie ancienne,cicatrisée et appareillée ne peut pas toujours assurer lui-même les soins locaux de sa stomie, soit ponctuellement à la suite d’une hospitalisation ou d’une fatigue passagère, soit durablement car il est trop dépendant physiquement ou psychiquement. L’aide-soignante a la compétence pour pratiquer ce soin, en institution ou à domicile.

Les soins auprès d’un patient porteur d’une colostomie ancienne et cicatrisée consistent à réaliser des soins d’hygiène et de propreté, surveiller l’élimination intestinale et l’équilibre alimentaire et appareiller le patient pour assurer son confort. Les soins d’une colostomie récente, en postopératoire et en cours de cicatrisation, relèvent de la compétence de l’infirmier.

Objectifs et organisation

Lecture des transmissions et recueil des informations

La lecture des transmissions permet de s’informer :

  • de l’emplacement de la stomie et du type de selles que l’on peut trouver : normales (stomie gauche) ou molles,voire liquides (stomie droite);
  • du système d’appareillage (type de poche, système de fixation…) choisi par l’infirmière stomathérapeute ;
  • de la survenue éventuelle d’incidents : saignements lors du nettoyage, irritation cutanée liée à l’adhésif ou à des selles liquides, décollement de poche…

Le recueil d’informations se pratique au lit du patient et permet de :

  • convenir avec lui du moment du soin et, pour les patients qui ont des selles liquides ou irritantes,de planifier en cours de journée une ou plusieurs vidanges de poche ;
  • l’interroger sur son confort, sa mobilité, son alimentation et s’enquérir de la présence de difficultés ou problèmes ;
  • observer son comportement,son désir et sa capacité à participer au soin en fonction du projet éducatif.

Matériel

Le système d’appareillagecomprend une poche et une fixation. Si l’appareillage ne comporte pas de filtre qui permet aux gaz et à l’air de s’évacuer, il faut percer finement la partie supérieure de la poche ;

L’équipement d’hygiène de la stomie : protection à usage unique, papier toilette, eau tiède, savon non-irritant, gant, serviette ;

Les gants à usage unique non stériles et les sacs à déchets.

Le saviez-vous?

• Une colostomie est une ouverture de l’intestin
au niveau du colon avec abouchement à la peau pour permettre une évacuation des matières fécales. Par décision du chirurgien, la colostomie peut être temporaire, ce qui permet la mise au repos de l’intestin, ou définitive.
• La colostomie s’appelle aussi anus artificiel ou stomie.

• Une colostomie peut se pratiquer à tout âge (bébé, enfant, adulte, personne âgée) et se situer à tous les niveaux du colon :
– plus elle est située proche de l’intestin grêle (colon ascendant), au côté droit de l’abdomen, plus les selles seront liquides ;
– plus elle est située proche de l’anus (colon descendant), au côté gauche de l’abdomen, plus les selles seront proches de la normale.
• Une alimentation et une diététique adaptées peuvent aider à régulariser les selles qui oscillent souvent entre diarrhée et constipation.
• Un patient stomisé doit être apparreillé pour retrouver son autonomie ; une poche est placée au niveau de la stomie pour récupérer les selles. Elle est changée régulièrement.
• Plus les selles de la stomie sont proches de la normale, plus le patient pourra mener une vie la plus autonome et variée possible.
• La stomathérapeute est une infirmière spécialisée qui en fonction de l’intervention, de l’âge du patient, de ses habitudes et styles de vie et du confort qu’il en attend, va l’aider et l’éduquer dans ses choix alimentaires, d’appareillages et de réponse à ses besoins, pour qu’il retrouve une vie la plus proche possible de la normale.

Réalisation

Efficacité et confort

Les soins de confort à apporter au patient stomisé sont délicats.

Retirer et jeter la poche remplie de selles, puis retirer le surplus de selles avec le papier toilette.

Nettoyer l’orifice de la stomie à l’eau tiède et au savon (le savon de Marseille est souvent préféré pour éviter les allergies ou irritations de la stomie), puis sécher avec douceur et par tamponnements.

Observer l’état cutané, qui doit être intègre, et la stomie, qui doit être rosée et non-douloureuse.

Poser l’orifice de la nouvelle poche en regard de celui de la stomie et appliquer la poche sur la peau tendue pour éviter la formation de plis cutanés.

Sécurité

Pour la sécurité du patient, il ne faut jamais introduire un thermomètre (ou tout autre élément) dans l’orifice de l’anus artificiel, l’absence de sphincter pouvant le faire migrer dans l’intestin.

Hygiène

Pour lutter contre les risques majeurs d’infections associées aux soins (IAS) chez un patient stomisé, il est nécessaire de mettre en pratique certaines règles :

  • se laver les mains avant et après le soin ;
  • mettre des gants à usage unique ;
  • le soin d’entretien n’est pas un soin stérile, il doit être fait dans les règles normales d’hygiène cutanée pour que la peau soit maintenue propre : le gant et la serviette sont réservés à cet usage.

Critères de qualité du soin

La poche est correctement appliquée, le système est étanche et prévient les fuites.

Aucun irritant n’est employé pour nettoyer la stomie.

Tout produit adoucissant est appliqué en lien avec l’infirmière.

L’infirmière est prévenue de toute anomalie.

Le patient exprime sa satisfaction dans la conduite du soin et son confort.

Les règles d’hygiène et les protocoles d’élimination sont respectés.

Relation

Avec le patient, il est important de pratiquer le soin avec délicatesse et sans manifester de dégoût, car celui-ci a un regard direct sur sa stomie et sur les selles, qu’il ne maîtrise pas. Pendant le soin, donner des conseils et participer à l’éducation du patient sur l’hygiène et la diététique pour régulariser les selles, permettent de lui redonner confiance en lui.

Avec l’équipe, il s’agit de noter les soins et de transmettre les observations concernant la peau (aspect, irritation, rougeur, douleur, chaleur), la stomie et son orifice (rougeur, tuméfaction) et les selles (liquides, diarrhéiques, dures, sèches présentant du sang ou des glaires…). Il faut faire part du comportement du patient pendant le soin, car il peut exprimer un rejet, une acceptation ou une difficulté passagère. Enfin, il est indispensable de transmettre les erreurs d’hygiène ou de diététique du patient.

Participation à l’éducation diététique du patient

Les personnes stomisées ne suivent pas de régime à proprement parler, mais doivent adopter des habitudes alimentaires fondées sur le bon sens et une certaine discipline.

Les repas doivent être réguliers
et pris à heures fixes.
Les aliments doivent être mastiqués et la boisson suffisante :
1 litre par jour
Éviter trois types d’aliments :

  • ceux provoquant des gaz, mal supportés et qui gonflent la poche, tels que les boissons gazeuses, les crudités, les choux, l’ail, les oignons, le chewing-gum…;
  • ceux à base de cellulose qui irritent l’intestin, tels que le pain complet, le son, les épices, les graisses cuites…;
  • les aliments plutôt laxatifs : fruits frais, épinards, jus d’orange…
Conseiller : les viandes grillées, les légumes verts cuits ou passés, les pâtes, le riz, les gelées de fruits…

• Références •
• Arrêté du 25 janvier 2005 relatif aux modalités d’organisation de la validation des acquis de l’expérience pour l’obtention du diplôme professionnel d'aide-soignant (référentiel d’activités). •
• Arrêté du 22 novembre 2005 relatif aux modalités d’organisation de la validation des acquis de l’expérience pour le diplôme professionnel  d’aide soignant. •
Arrêtés disponibles sur www.legifrance.gouv.fr

 

 

• Décembre 2008 • Article extrait de la revue Soins Aides-Soignantes n°25

Marie-Odile RIOUFOL
Cadre formateur, Lyon (69)

Partagez cet article sur :